PHOTOS. En France, des artistes détournent les affiches des candidats à la présidentielle

230
Ph. jaeraymie / Instagram

Des street artistes s’emparent avec humour des panneaux électoraux en France. Ils mettent en scène des célébrités et personnages de dessins animés. Une manière de détourner la campagne électorale. 

La campagne de l’élection présidentielle française a officiellement démarré ce lundi. Les panneaux d’affichage ont été envahis par les affiches des onze candidats. Mais à Paris, se côtoient les affiches officielles et des posters caricaturaux.

Un street art engagé

Certaines de ces affiches caricaturées ont pour seul but d’apporter un ton humoristique à la campagne.  Mais pour d’autres, les street artistes Combo, Raphaël Federici et Jaeraymie ont voulu donner un message plus profond. Par exemple, celle de Juste Leblanc a un double sens, précise Jaeraymie. « Il y a la référence au film Le dîner de cons qui est drôle, et un message plus profond sur le vote blanc qui n’est pas comptabilisé. Je voulais lui donner un visage pour représenter les gens qui ne se sentent pas pris en compte. »

Pour Combo, « le but était de détourner la campagne. Les hommes politiques sont déjà des caricatures, nous les caricaturons à notre tour. On veut prendre du recul sur ce moment où le débat n’est plus que passionnel, ce n’est pas que pour faire rire. C’est une vraie démarche citoyenne. En tant que citoyen, on reprend la parole. »

L’election de votre personnage prefere c’est bientot. Allez votez #streetartparis #disney #election2017

Une publication partagée par COMBO Culture Kidnapper (@combo_ck) le

« C’est une vraie démarche citoyenne. En tant que citoyen, on reprend la parole »

Des affiches plus légales que celles des politiques

Les artistes ne souhaitent pas s’acharner sur un candidat en particulier. Ils sont tous visés, ont-ils expliqué.

Journée politique! #onSimplique avec @jaeraymie @combo_ck et @mr.renard_

Une publication partagée par Raphael federici (@raphael_federici) le

L’artiste Raphaël Federici précise qu’« on a collé nos affiches dans des zones autorisées vides depuis des semaines, alors que les hommes politiques ne se sont pas gênés pour recouvrir des zones interdites. Les vandales deviennent corrects et les politiques deviennent des vandales. »