Les premiers projets de mur à la frontière americano-mexicaine ont été dévoilés

Ph. P.PARDO / AFP

Près de 400 entreprises ont tenté de remporter le contrat de la construction du mur à la frontière americano-mexicaine. Ils avaient jusqu’au 4 avril pour déposer leurs candidatures. Une quinzaine de programmes ont déjà été rendus publiques. Des projets qui sont parfois inquiétants ou utopiques…

Donald Trump a lancé la procédure pour construire un mur à la frontière américano-mexicaine. Une mesure-phare de la campagne du président qui permettrait de lutter contre l’immigration clandestine.

En tout, 400 entreprises ont répondu aux deux appels d’offres des services des douanes et de la police des frontières américaines. Les projets devaient respecter trois critères : une hauteur de 9 mètres, un rempart « physiquement imposant » et « esthétique du côté américain ».

Des consignes qui ont été plus ou moins respectées comme le témoignent ces quelques projets rendus publics en attendant le résultat le 1er juin.

Le mur éco-responsable

L’entreprise Gleason Partners LLC de Las Vegas propose de couvrir une partie du mur avec des panneaux solaires. Ils fourniraient l’électricité nécessaire à l’éclairage, aux capteurs ainsi qu’aux stations de patrouilles autour du mur. De plus, les ventes de l’électricité pourraient couvrir le coût de construction du mur en 20 ans ou moins, selon la société. L’électricité pourrait même être vendue au Mexique.

Ph. GLEASON PARTNERS

Le mur touristique

Crisis Resolution Security Services Inc, une entreprise de l’Illinois, propose un mur de 17 mètres de haut et 7 mètres de large. La hauteur est environ deux fois supérieure à ce que demandaient les autorités américaines. D’après les entreprises cela permettrait de dissuader les grimpeurs. En plus, il pourrait permettre aux touristes de profiter de la vue du désert.

Le mur artistique

Une œuvre d’art géante pour marquer la frontière sans gâcher le paysage. Voici la proposition de Concrete Contractors Interstate de San Diego. Pour le président de l’entreprise Russ Baumgartner, l’objectif est de faire de la frontière matérielle une œuvre d’art. Pour cela, des pierres et des objets artistiques locaux seront incrustés des deux côtés du mur.

Ph. CONCRETE CONTRACTORS INTERSTATE

Le mur infranchissable

D’après le fondateur de l’entreprise DarkPulse Technologies, Dennis O’Leary, « vous pouvez foncer dessus avec un tank, et il supportera le choc ». Le mur serait donc une forteresse indestructible pouvant résister aux petits et gros calibres. Celui-ci serait aussi muni de capteurs à fibre optique, intégré dans le béton qui permettrait d’alerter les autorités dès lors qu’une présence suspecte serait détectée. En plus, il serait impossible à grimper du fait que la paroi disposerait d’un revêtement glissant.

Ph. FOX NEWS / DARKPULSE TECHNOLOGIES

Le mur ouvert             

Un collectif d’architectes, ingénieurs et constructeurs intitulé Made Collective propose une frontière ouverte aux citoyens des deux pays. Un lieu interdit au forage pétrolier et minier. Le projet nommé « Otra Nation » est une terre de rencontre composée de bibliothèques, musées et galeries. Une proposition utopique où les deux pays s’uniraient et contrôleraient ensemble l’immigration.

Ph. otranation.com