VIDEO. Un vigneron utilise des préservatifs pour la fermentation du vin

Ph. Capture d'écran

Après l’idée de produire du vin pétillant dans le fond d’une mine italienne, voici qu’un cubain a trouvé une autre solution pour fermenter son breuvage.

Le vigneron Orestes Estevez, 65 ans, a eu l’idée d’utiliser des préservatifs dans la fermentation de son vin. « Je me suis tourné vers l’utilisation de préservatifs parce qu’ils sont bon marché et ne coûtent que 50 pesos cubains. J’ai découvert qu’en utilisant cette méthode, je pouvais obtenir un niveau d’alcool plus élevé dans le vin et que le préservatif fonctionne comme un bon indicateur de fin de fermentation », explique le propriétaire du caveau El Canal dans le quartier d’El Cero à La Havane.

 

Pour leur production, Orestes Estevez et sa femme posent les préservatifs sur le goulot de la bouteille dans laquelle repose le breuvage. Ces derniers vont alors se gonfler lors de la création de gaz puis se dégonfler par la suite. « Mettre un préservatif sur une bouteille c’est comme chez un homme. il se lève, le vin est prêt et le processus se termine », raconte le vigneron à l’AP qui met 45 jours pour produire son vin.

Alternative bon marché

Orestez Estevez vend en moyenne cinquante bouteilles par jour au prix de dix pesos cubains principalement dans les maisons ou les restaurants. Une bonne alternative pour les habitants pour qui une bouteille de vin importée revient au moins à la moitié de leur salaire d’environ 25 dollars américains par mois (soit 23 euros) et qui n’ont pas accès à des milliers de produits sur leur île. Une idée qui transforme petit à petit son affaire en une entreprise florissante.