Présidentielle française – Marine Le Pen veut savoir « qui part acheter des armes en Belgique »

46

La présidente du Front National Marine Le Pen a évoqué la Belgique lundi soir lors du segment du débat télévisé opposant les principaux candidats à l’élection présidentielle portant sur la manière avec laquelle il est possible de prévenir de nouveaux attentats terroristes dans l’Hexagone. « D’abord on retrouve la maîtrise de nos frontières, parce que je ne vois pas comment on peut se préserver des terroristes si on ne sait pas qui entre sur notre territoire, ou qui en sort pour aller acheter des armes en Belgique », a-t-elle déclaré lors de son intervention sur ce sujet. Mme Le Pen, qui prône la sortie de l’euro et de la zone Schengen, a par la même occasion déclaré vouloir « interdire les organisations islamistes », « expulser les étrangers islamistes fichés S » et préconisé « la déchéance de nationalité les double-nationaux convaincus de lien avec le fondamentalisme islamiste ».
L’allusion de Mme Le Pen à la Belgique est une référence aux attentats perpétrés à Paris le 13 novembre 2016, qui avaient été en grande partie organisés depuis le territoire belge. Les terroristes se seraient ainsi fournis en armes à Bruxelles.
La députée européenne avait également cité la Belgique quelques minutes auparavant lors du passage consacré à la santé, mais cette fois à titre d’exemple. Evoquant le cas de l’autisme, non reconnu en France, Mme Le Pen a estimé que la Belgique, la Suisse et le Canada faisaient la démonstration de l’incapacité française sur cette maladie.

Source: Belga

SHARE