Êtes-vous un des 200.000 Belges qui « slashent » ?

101
Young woman sits at the kitchen table using a laptop and talking on a cell phone.

Les Belges sont de plus en plus nombreux à ne plus se contenter d’un seul emploi et à « slasher ». Au cours des 12 dernières années, le nombre de Belges exerçant un deuxième emploi est passé à 44.000. Actuellement, près de 200.000 Belges combinent ainsi deux emplois rémunérés.

« Slasher » est le nouveau terme désignant le fait de combiner deux emplois salariés ou un emploi salarié et un emploi indépendant. Selon les derniers chiffres de Statistics Belgium, fin septembre 2016, pas moins de 198.400 personnes cumulaient deux emplois. 4.355.800 de Belges s’en tenaient alors à un seul emploi.

« En proportion, l’augmentation n’est pas fulgurante sur un total de 4,5 millions de travailleurs belges » souligne le professeur Ludo Struyven, responsable du groupe de recherche sur le marché du travail et l’éducation à l’Institut de recherche pour le travail et la société (HIVA), qui compte lui-même parmi les Belges occupant un deuxième emploi.
« Actuellement, 4,4 % des travailleurs belges exercent un deuxième emploi, contre à 3,8 % en 2004. À titre de comparaison, aux Pays-Bas, ce chiffre s’élève à 7,5 %. »
indépendant en complément
Ludo constate que deux tiers des « slasheurs » combinent leur emploi principal avec un emploi indépendant. « Le chiffre réel peut même être plus élevé étant donné que certaines personnes ne considèrent pas leur travail indépendant exercé à titre complémentaire comme un deuxième emploi ou ne le mentionnent pas dans les sondages parce leur employeur ou leurs collègues ne sont pas au courant de leurs activités. »

Pourquoi « slashez »-vous ?

De plus en plus de gens décident de prendre eux-mêmes le contrôle de leur carrière. L’incertitude et la flexibilité demandée au sein des entreprises n’y sont certes pas étrangères.

Quelles raisons poussent les Belges à « slasher » ?

  • La recherche d’une sécurité en plus d’un emploi principal temporaire.
  • La volonté d’augmenter ses revenus.
  • Le désir d’entreprendre soi-même.
  • L’envie d’exprimer sa passion au travers d’une activité professionnelle exercée à titre complémentaire.
  • Le souhait d’acquérir plus de liberté et d’autonomie dans sa carrière.
  • Une meilleure conciliation de la vie professionnelle et familiale.

Laissez-vous inspirer par les histoires relatées dans cette édition de START.

SHARE