Bruxelles se veut «cycliste friendly»

65

À l’aide de l’application «Ping if you care», les cyclistes bruxellois sont invités à pointer et cartographier les endroits dangereux dans la circulation de la capitale.

Des accidents ou des situations périlleuses pour les cyclistes sont régulièrement relayés dans la presse ou les réseaux sociaux. Alors que la ville de Bruxelles tente d’améliorer son infrastructure routière pour minimiser l’insécurité dans lequel est plongé ce groupe de la circulation particulièrement exposé, l’ASBL Mobiel21 a trouvé le moyen d’utiliser leur expérience pour participer à la réflexion en la matière.

Géolocaliser des points noirs

Via des subsides conséquents de 123.500 € accordés par la Secrétaire d’État bruxelloise en charge de la Sécurité routière Bianca Debaets, cette entreprise lance une application, «Ping if you care», pour que les cyclistes participent à l’élaboration de la politique de sécurité routière bruxelloise. Le principe est simple:

Après l’installation de bouton sur leurs guidons qui seront reliés à leurs smartphones, les cyclistes seront invités à signaler tous les endroits dangereux de la circulation dans la capitale. En envoyant ce «ping», ils transmettent un signal GPS pour géolocaliser ces zones à risques et à la fin de leur trajet, ils pourront commenter leurs signalements. Ces points noirs renseignés -susceptibles de causer des accidents bi- et unilatéraux- permettront, à terme, cartographier les dangers pour les cyclistes.

1.000 testeurs

Dans un premier temps, 500 participants triés sur le volet se prêteront à l’expérience. Mobiel21, Bruxelles Mobilité et les organisations cyclistes entendent faire de cet échantillon une représentation fidèle de la population de la capitale. Cette phase de test, qui s’étalera de mai à juillet, sera ensuite suivie par la distribution de 500 nouveaux boutons.

À l’heure où les organisations cyclistes Gracq et Fietsersbond ont demandé une réduction de pression automobile à Bruxelles et l’instauration de pistes cyclables sécurisées pour y favoriser la mobilité, ce genre d’initiative devrait donner un bon bol d’air frais au développement et la pratique du vélo dans la capitale.

BELGA / SISKA GREMMELPREZ

50%
Selon des comptages de l’observatoire du vélo, le nombre de cyclistes roulant en Région bruxelloise a augmenté de près de 50% rien qu’au cours de l’année 2016. D’après une étude de Pro Vélo, 76% des femmes et 69% des hommes invoquent la congestion automobile pour ne pas se déplacer à vélo.


Gaëtan Gras

SHARE