Android Pay arrive en Belgique

Belga / S. Van Ryssen

La Belgique est le 4e pays européen à disposer des services Android Pay. Ce système permet de payer via des terminaux équipés de la technologie sans contact.

La solution de paiement Android Pay est désormais disponible pour les clients de la banque BNP Paribas Fortis détenteurs d’une carte de crédit. Ce système permet aux consommateurs de régler, sans frais supplémentaires, leurs achats à l’aide de leur smartphone dans tous les établissements du monde dotés de terminaux de paiement sans contact.

Près de 250.000 personnes bénéficient d’une carte de crédit BNP Paribas Fortis, Fintro et Hello Bank. Le nombre d’utilisateurs potentiels devrait grimper à 750.000 environ dès la fin du mois de mai, lorsque l’application sera également accessible aux détenteurs de carte de débit du groupe BNP Paribas Fortis. Les cartes de fidélité seront également prises en charge dans l’application qui vise à proposer une sorte de portefeuille digital à ses utilisateurs.

Actuellement, quelque 85.000 terminaux ont été installés en Belgique dans des commerces tels que Media Markt, Carrefour, Uber, Deliveroo, Vueling et Quick. En Europe, plus de 3,2 millions de terminaux sont compatibles avec la solution de paiement.

Le smartphone plus populaire que le portefeuille

Lorsque le montant n’excède pas 25 €, il n’est pas nécessaire de déverrouiller son smartphone pour valiser la transaction. Au-delà de cette somme, l’utilisateur devra débloquer son téléphone.

La banque BNP Paribas Fortis ne sera pas l’unique et dernier partenaire de Google en Belgique. L’entreprise a pour ambition de capter le maximum de consommateurs et se dit ouverte à la collaboration avec d’autres banques belges. Elle bénéficie déjà d’un accord de partenariat avec le groupe KBC (CBC).

Plus globalement, l’utilisation de son smartphone comme moyen de paiement semble devenir une tendance grandissante. Ainsi, selon une étude réalisée avec iVox en février 2017 à la demande de Mastercard auprès de 1.000 Belges, le smartphone accompagne le Belge en moyenne deux heures de plus par journée que son portefeuille.