Un collectif danois lance un nouveau type de ferme urbaine

243
Ph. Space10

Comment révolutionner nos villes de manière écologique ? Le collectif danois Space 10 à sa réponse. Il lance une toute nouvelle ferme urbaine.

L’idée est d’intégrer des ressources alimentaires biologiques en ville avec une faible empreinte énergétique.

La sphère biologique est en bois et mesure 2,8 mètres sur 2,5 mètres, les plantes poussent en vertical par étage, et s’adaptent à l’architecture.

Ce projet novateur intéresse des villes du monde entier comme Taipei, Rio de Janeiro, San Francisco. Pour faciliter cet échange, le collectif propose alors le projet en Open Source, les plans étant téléchargeables gratuitement.

Ph. Space 10
Ph. Space10

Les avantages

Les avantages d’une telle ferme sont multiples. Elle permet notamment à chaque ville d’utiliser des matériaux locaux et de limiter ainsi l’empreinte écologique de la sphère, celle-ci n’ayant pas consommé des milliers de tonnes de kérosène pour venir à nous.

En plus, les aliments poussent entre quatre et cinq fois plus vite que traditionnellement et consomment 95%, moins d’eau. Ses villes plus respirables et moins polluées réduiraient ainsi les taux de CO2grâce à la respiration végétale.

Enfin, cela nous permettrait de nous relier à la nature en développant une alimentation locale et biologique.

De plus en plus demandées

Les fermes urbaines se développent de plus en plus dans nos villes, avec le désir d’un retour à la terre. Même le géant suédois Ikea propose des “Window farming equipment”, petits plans de terre qui se placent sur les fenêtres des particuliers et permettent à chacun de se créer un petit jardin citadin sans prendre de place.

La pollution causant 7 millions de morts par an dans le monde et 600 000 en Europe, tous les moyens sont bons pour réduire le taux de CO² et améliorer notre alimentation en limitant les pesticides, particulièrement lorsque l’on sait qu’une pomme est traitée en moyenne avec 35 pesticides différents.