L’air belge toujours peu respirable

140

Déclenchée jeudi, la phase d’information sur les particules fines présentes dans l’air, dont le seuil est établi à 50 µg/m³, a été prolongée dimanche dans les trois Régions du pays, indique la Cellule interrégionale de l’environnement (Celine).

Samedi, malgré la neige fondante et la pluie, des concentrations de particules fines plus élevées que prévu ont été mesurées dans l’air ambiant. Ceci est potentiellement dû à différents facteurs, notamment à la formation abondante de particules secondaires liée à l’humidité relative élevée et à l’importation de polluants depuis les pays voisins, explique la Cellule.

La concentration moyenne sur 24h mesurée était, à 8h00, de 90 µg/m³ en Flandre, 54 µg/m³ en Wallonie (avec 60 µg/m³ au nord du sillon Sambre et Meuse) et 71 µg/m³ à Bruxelles.

Les causes pas encore identifiées

Selon Celine, la quantité de particules fines mesurée cet hiver ne l’avait plus été dans de telles proportions depuis l’hiver 2012-2013. Les pics de samedi sont qualifiés de «très hauts» par le directeur de la Cellule, Frans Fierens, mais ne sont pas exceptionnels. «Nous avons déjà vu de tels pics dans le passé. C’était surtout très atypique parce que de la pluie est tombée presque toute la journée et qu’il y a alors moins de particules fines dans l’air.»

L’origine des hautes concentrations des derniers jours n’est pas encore claire. La Cellule évoque les particules fines directement émises (par la circulation ou la combustion de bois) ainsi que des causes secondaires, comme l’humidité relativement élevée et la pollution atmosphérique provenant des pays limitrophes.

Vers une amélioration

Les conditions météorologiques devraient être plus favorables à la dispersion des polluants ce dimanche et demain/lundi. Les concentrations de particules fines devraient diminuer dans le courant de la journée grâce au vent plus intense, prévoit Celine.

Toute activité physique prolongée en plein air est déconseillée pour les personnes souffrant de problèmes respiratoires et cardiaques, les asthmatiques, les personnes âgées et les très jeunes enfants.

SHARE