Rudi Vervoort veut 30% d’élus communaux en moins à Bruxelles

Belga / T. Roge

Le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, a annoncé mercredi le lancement d’une étude universitaire pour «valider» son projet de réforme institutionnelle visant à réduire de 30 pour cent le nombre d’élus dans les dix-neuf communes de la Région.

M. Vervoort a ainsi pris contact avec le groupe de recherche «Dego», composé du Cevipol (centre d’étude de la vie politique de l’ULB) et du «Vakgroep politieke wetenschappen» de la VUB, a-t-il déclaré au journal ’Le Soir’ et lors de l’émission Matin Première de la RTBF.

Ce groupe universitaire a été chargé de «valider» et de «modaliser scientifiquement» la pertinence des propositions formulées par M. Vervoort (PS) lors de la rentrée politique de septembre dernier et visant à réduire de 30%, dès les élections communales 2018, le nombre d’élus dans les dix-neuf communes sans toucher à la loi communale et en garantissant néanmoins la stabilité des institutions communales.

Des réductions aussi à la région

M. Vervoort souhaite aussi «professionnaliser» la fonction d’échevin et réduire le nombre de cumuls entre des mandats communaux et de députés régionaux, ce qu’il qualifie dans ’Le Soir’ de «mandat unique» (soit l’un, soit l’autre).

La réforme préconisée par le ministre-président bruxellois vise aussi à aligner les cycles de législatures communales et régionales. En 2024, les élections des deux niveaux de pouvoir se dérouleront en même temps. «Nous pourrions profiter de cette opportunité pour raccourcir la législature communale de six à cinq ans (la durée d’un mandat régional)», a-t-il expliqué.