Inkless, une imprimante sans encre qui pourrait révolutionner le marché

303

Des étudiants néerlandais révolutionneront-ils le marché des imprimantes ? Inkless, leur invention, pourrait envoyer les cartouches d’encore et les toners aux oubliettes.

Des étudiants de l’Université de technologie de Delft, aux Pays-Bas, ont développé une technique d’impression qui ne nécessite ni cartouches d’encre, ni toner, ni même d’un papier spécifique.

Même qualité qu’une imprimante normale

Pour mettre au point Inkless, ils se sont basés sur le même principe que la combustion du papier avec une loupe et la lumière du soleil. En laboratoire, ils ont reproduit cette technique avec un rayon laser infrarouge. Celui-ci passe à travers des lentilles spéciales et brûle le papier, imprimant ainsi des points noirs de carbone sur le papier.

La principale difficulté rencontrée par les étudiants a été de rendre la brûlure noire, et non brune, et permanente. Mais après plusieurs années de recherche, leur invention est désormais au point. « Avec l’imprimante sans encre, vous pouvez vous assurer que la qualité, la couleur et la noirceur sont exactement les mêmes qu’une imprimante normale », assure à Euronews Venkatesh Chandrasekar qui a travaillé sur le projet.

La carbonisation

Le terme exact de ce procédé est la carbonisation. Le principal défi est de créer un équilibre parfait entre l’intensité du laser et la structure de la lentille pour que la feuille de papier ne prenne pas feu. Mais les résultats en laboratoire ont confirmé que la technologie était au point pour imprimer en noir et blanc. En effet, cette technique ne permet pas d’imprimer en couleur.

Un usage commercial en vue

L’entreprise Tocano est actuellement en train de développer cette technologie pour un usage commercial. Dans un premier temps, ce sont essentiellement les usines et les entreprises qui seront visées. Mais qui sait, dans quelques années, cette technologie s’invitera peut-être dans les foyers, envoyant les bonnes vieilles cartouches d’encre aux oubliettes.

SOURCEEuronews
SHARE