NotFairbnb, un faux Airbnb pour aider les sans-abri bruxellois

TBWA Brussels et l’asbl Solidarité Grands Froids ont créé une plateforme similaire à Airbnb, référençant les endroits où dorment les sans-abris bruxellois. Chaque réservation génère un don reversé à l’association.

« Le meilleur de la vie urbaine – Gare de Bruxelles-Chapelle » pour 5 euros, « Banc public pour voyageur solo – rue des ursulines » pour 21 euros, ou encore « Petit nid douillet – Gare du Midi » pour 46 euros. Voici des exemples d’endroits où les sans-abri passent quotidiennement la nuit à Bruxelles et qui sont à « louer » sur la nouvelle plate-forme « Notfairbnb ».

Une réservation = un don

Sous le slogan « Vivez là où personne ne souhaite vivre », « Notfairbnb » propose 36 logements de différents types (seuil, trottoir, pont, bâtiment public) dont le prix varie de 5 à 50 euros. Chaque réservation virtuelle génère un don qui est reversé à Solidarité Grands Froids.

« Nous souhaitons faire prendre conscience à tous qu’en renonçant pour une fois à une nuitée dans un endroit confortable, on peut facilement venir en aide à ceux qui n’ont pas de toit.” explique Cynthia Simpson, présidente de Solidarité Grands Froids.

L’impitoyable réalité

« Sur Notfairbnb, vous ne trouverez ni loft luxueux, ni appartement à couper le souffle, ni maison de rêve, mais bien l’impitoyable réalité à laquelle les sans-abri doivent faire face chaque nuit », peut-on lire sur le site de la plate-forme.

Solidarité Grands Froids a pour objectif d’aider les sans-abri bruxellois grâce à des dons et des actions de récolte de fonds. L’asbl offre une aide matérielle (vêtements, matériel sanitaire…), mais également un soutien psychologique et social. La cinquantaine de bénévoles tente également de trouver des solutions structurelles pour « offrir un vrai toit à ceux qui vivent dans la rue ».

En 2015, environ 5.450 sans-abri, dont 671 enfants, ont été dénombrés dans les rues de la Région de Bruxelles-Capitale, soit le double du nombre constaté en 2014.

Lancée le 21 décembre, cette initiative belge a même été relayée par certains médias français.