Julien Clerc: « Je n’ai pas d’état d’âme par rapport à mes chansons »

540

À presque 70 ans, plus de 20 albums au compteur et 50 ans de carrière, Julien Clerc rend hommage à ceux qui l’ont toujours soutenu: ses fans. Avant d’entamer sa tournée anniversaire, le chanteur sort un best of dans lequel il réunit une quarantaine de chansons sélectionnées par son public.

«Fans, je vous aime», c’est une sacrée déclaration d’amour à votre public.

«Oui et ça tombait bien. Il y a quelque temps un groupe de fans souhaitait un concert privé dans lequel je chantais des chansons à la demande, que je ne faisais pas souvent ou jamais. Du coup, quand est venue l’idée de ce ‘Fans, je vous aime‘, on s’est dit qu’on allait faire participer les fans en leur proposant une ‘short list’ pour qu’ils fassent leur choix. Et ça me donne des idées pour la prochaine tournée qui sera celle des cinquante ans de carrière (rires).»

Vous pensez à un concept semblable pour la tournée?

«Je vais essayer de trouver un système de proposition afin que, peut-être, ils ne voient pas toujours le même concert. Tout vient des fans, donc ça fait sens.»

Cet album c’est également un moyen de faire découvrir vos chansons à la jeune génération?

«Oui. Quand on a la chance que des générations plus jeunes viennent, c’est bien de leur faire découvrir des choses que, peut-être, ils n’ont pas encore entendues. C’est drôle de chanter certaines chansons parce que je ne les composerais pas du tout comme ça aujourd’hui. Quand les années passent on voit qu’il y a différentes périodes dans la composition. Je crois que cette tournée sera une façon de faire voyager les gens dans ces 50années-là.»

Y a-t-il des chansons que vous vouliez absolument avoir dans ce best of?

«Je n’ai pas d’état d’âme par rapport à mes chansons. J’ai eu des auteurs merveilleux, et des textes à chanter vraiment de haut niveau donc qu’il y en ait qui soient préférées plus que d’autres par le public ne me gêne pas du tout.»

Vous dévoilez également une chanson inédite sur la différence d’âge avec votre femme. Ça ne vous dérange pas d’aborder le sujet?

«Oh non, ce n’est pas gênant, je trouve ça plutôt beau. On aura mis le temps à le faire. On se connaît maintenant depuis une dizaine d’années, on est mariés, on a un enfant. La différence d’âge est ce qu’elle est, c’est comme ça.»

Y a-t-il encore un auteur avec qui vous rêvez de travailler?

«Il y des gens avec qui je pensais que je ne pouvais pas écrire. Et puis tout d’un coup, la chanson arrive, comme avec Barbelivien dans le prochain album. Il va y avoir aussi quelqu’un avec qui je n’avais jamais écrit et qui m’a envoyé un texte merveilleux, c’est Brigitte Fontaine.»

De quoi parlera ce prochain disque ?

«C’est drôle, mais il y a une chose très récurrente dans les inspirations des auteurs qui m’ont envoyé les textes. Il y a énormément de chansons qui m’ont été proposées par rapport à la maternité. J’ai été obligé de faire un choix.»

Comment imaginez-vous la suite de votre carrière?

«Physiquement, je pense qu’une voix se conserve en la travaillant. Après, une carrière ne continue que si de nouvelles chansons sont écrites. Et ça, c’est une question d’inspiration, ça se travaille aussi. Il faut faire en sorte de rester vivant et ne pas être accroché à son passé.»