« Le Standard a bien reçu sa convocation »

L’Union belge de football (URBSFA) a indiqué, par la voix de son porte-parole Pierre Cornez, que le Standard a bien reçu une convocation dans le dossier du match Malines – Standard du 20 novembre dernier.

Mardi, la Commission des litiges de l’Union belge a infligé au Standard une sanction de deux matches à huis clos, et une amende de 5.000 €, suite aux incidents qui se sont produits à Malines le 20 novembre dernier en championnat.

Le Match Delegate, la personne désignée par l’Union belge pour faire rapport d’éventuels incidents de match, a constaté qu’un supporter du Standard avec jeté un objet sur le terrain à la 45e minute et qu’une minute plus tard un fumigène avait atterri près du point de corner, a justifié la Commission.

Le Standard en appel

Le Standard a décidé d’aller en appel, se disant surpris par cette décision. « Le Standard de Liège a appris ce soir la décision de la Commission des litiges de lui infliger deux matches à huis-clos (un effectif + une levée du sursis) suite à des ‘incidents’ qui se seraient produits lors du match à Malines. Le Standard n’avait pas pris connaissance de la convocation dans ce dossier. Nous laisserons les personnes présentes à ce match le soin de commenter l’opportunité de cette décision. Le club constate simplement que le Match Delegate a qualifié dans son rapport l’attitude globale des supporters du Standard lors du match en question de ‘BONNE’…« , écrivait le club liégeois mardi soir.

La fédération confirme

La fédération a réagi ce mercredi. « L’Union belge ne conteste pas le contenu du communiqué du Standard, mais souhaite clairement indiquer que le club a bien reçu une convocation dans ce dossier« , déclare Pierre Cornez, le porte-parole de l’URBSFA.

Le Standard s’expliquera ce vendredi devant la Chambre d’appel de la Commission des litiges. Cette affaire est indépendante des incidents qui ont mené à l’arrêt du match Charleroi – Standard dimanche dernier.

Photo Belga / Michel Krakowski