Série de la semaine : « In plain sight », la traque d’un tueur en série

Ph. ITV

Chaque semaine, Metro se penche sur une nouvelle série télé à venir. ITV s’intéresse au tueur en série Peter Manuel, qui a sévi dans les années 50, en Écosse. La chaîne anglaise diffusera à partir du 7 décembre une mini-série en trois parties sur l’enquête qui a mené à son arrestation.

Le pitch

À ne pas confondre avec la série américaine du même nom (et qui n’a absolument rien à voir), «In Plain Sight» s’intéresse au détective William Muncie et sa quête pour faire arrêter le désormais célèbre tueur en série Peter Manuel, connu sous le surnom de «la bête de Birkenshaw». Entre 1956 et 1958, Manuel a tué huit personnes dans la région de Glasgow. Dix ans auparavant, il avait été arrêté pour cambriolages et agressions sexuelles. Relâché en 1955, il veut se venger de celui qui l’a mis en prison, le détective Muncie, en lui laissant des indices après avoir tué sans discernement hommes, femmes et enfants. Manuel sera finalement arrêté puis exécuté en 1958.

Les promesses

Les spectateurs sont toujours friands d’histoires vraies, d’autant plus quand il s’agit d’histoires criminelles. La mini-série paraît très réaliste et marque les débuts à l’écriture de Nick Stevens. John Strickland («Line of Duty», «Mr. Selfridge») est à la réalisation.

Au casting, on retrouve Martin Compston (photo) dans le rôle Peter Manuel. L’acteur écossais s’était fait connaître avec «Sweet Sixteen» de Ken Loach, en 2002. On a pu le voir récemment dans la série britannique «Line of Duty». Quant au détective Muncie, il sera campé par un autre acteur écossais: Douglas Henshall («Outlander»).

«À l’exception d’un officier déterminé et tourné vers l’avenir, la police de Lanarkshire n’a pas vu le monstre qui était parmi eux parce qu’ils ne savaient pas que de tels monstres existaient. Le terme ‘serial killer’ n’avait pas encore été inventé», explique le créateur de la série, Nick Stevens.

«C’était un psychopathe», résume Martin Compston en décrivant son personnage. «Cet homme était le mal incarné. Il s’est défendu lui-même au tribunal. Sa confiance en lui était vraiment étonnante, c’était un narcissique à l’extrême.» Pénétrer dans la peau du tueur n’a pas été chose facile pour l’acteur, qui confie toutefois s’être bien senti sur le tournage. «Je me suis fait peur à moi-même dans une scène car j’étais allé trop loin

Concernant le rôle de Muncie, Douglas Henshall explique avoir eu «une certaine responsabilité envers les victimes d’incarner fidèlement le détective». La fille de Muncie est toujours en vie et participé à la série en donnant des informations sur le caractère de son père.

Les premières images nous plongent dans les années 50. La mise en scène promet d’être assez sobre et le succès de la série reposera beaucoup sur la performance des acteurs.