Une vague d’hommages à Fidel Castro (PHOTOS)

AFP PHOTO / Yamil LAGE

Passée la commotion de l’annonce du décès de Fidel Castro, les Cubains se préparent ce dimanche à observer une semaine de deuil ponctuée de plusieurs cérémonies d’hommage et d’une procession de quatre jours pour honorer le père de la Révolution cubaine.

Point culminant de ces célébrations, les funérailles du «Comandante», personnage unique qui a forgé l’identité de l’île caribéenne et l’a fait entrer dans les livres d’histoire, se tiendront le dimanche 4 décembre à Santiago de Cuba, berceau de la Révolution.

La procession, un moment fort

Auparavant, le transfert des cendres de Fidel Castro de La Havane à Santiago lors d’une procession de mercredi à samedi devrait constituer un autre moment fort avec la probable mobilisation de millions de Cubains.

La première cérémonie de recueillement a été programmée pour aujourd’hui sur l’emblématique Place de la révolution, épicentre de l’exécutif cubain, dont les accès sont barrés par la police depuis samedi.

Partout à Cuba, l’annonce de la mort du «Lider Maximo» à l’âge de 90 ans a été accompagnée par un épais silence, notamment à La Havane. De petits groupes se formaient discrètement çà et là dans les rues, notamment aux abords des universités. À La Havane, quelques centaines d’étudiants se sont notamment recueillis samedi soir lors d’une veillée nocturne devant la Faculté où le Comandante avait fait ses premières armes en politique à la fin des années 1940.

Des événements annulés

Deuil national oblige, rassemblements et spectacles ont été annulés. Les matches de baseball ont été suspendus et la vente d’alcool interdite, alors que la plupart les restaurants ont réduit leurs heures d’ouverture. Une présence policière était visible tout en demeurant discrète dans la capitale.

Les médias nationaux programmaient quant à eux reportages, documentaires et débats à la gloire du «camarade Fidel». La veille, le quotidien Granma avait marqué l’événement avec une édition dépourvue de sa traditionnelle encre rouge, comme ce fut le cas lors des décès d’Ernesto «Che» Guevara ou du président vénézuélien Hugo Chavez.

Des hommages aux quatre coins de l’Amérique du Sud

A Cuba AFP PHOTO / Yamil LAGE
A Cuba AFP PHOTO / Yamil LAGE
AFP PHOTO / JOHAN ORDONEZ
Au Guatemala AFP PHOTO / JOHAN ORDONEZ
AFP PHOTO / Guillermo LEGARIA
En Colombie AFP PHOTO / Guillermo LEGARIA
En Equateur AFP PHOTO / JUAN CEVALLOS
En Equateur AFP PHOTO / JUAN CEVALLOS
En Argentine AFP PHOTO / TELAM / Victor Carreira
En Argentine AFP PHOTO / TELAM / Victor Carreira