Festival des Libertés: Du doc en live!

173

Le Festival des Libertés, c’est bien sûr des documentaires plutôt bien fichus sur les actuels désordres du monde.

Depuis jeudi au Théâtre National, les festivaliers sont amenés, à travers les films proposés, à se questionner sur l’état d’urgence sécuritaire dans lequel sont plongées nos sociétés.

Manipulation des esprits, poids des consciences citoyennes, censures, quelles menaces pèsent sur nos démocraties? Le festival chapeauté par Bruxelles Laïque pose aussi le débat sur scène. Lundi, « Black Clouds » (photo), la nouvelle création de Fabrice Murgia («Notre peur de n’être») tente de décortiquer les relations nord-sud, physiques et virtuelles, avec un sens de l’image reconnu.

Mardi, «Gunfactory» de la Compagnie Point Zéro tentera de mettre de l’ordre dans le commerce et le trafic d’armes sur base de documents au cœur du réel. Spectacle marquant de la saison dernière, «Ceux que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu» du Nimis Groupe, composé d’acteurs et de demandeurs d’asile, prend le discours politique sur les migrants tel qu’il est pour le déconstruire et nous confronter à une réalité qui n’est pas montrée.

Enfin, l’événement tiendra aussi en la venue de l’auteur et comédien italien Ascanio Celestini, connu pour ses récits métaphoriques et ironiques sur les faiblesses de nos démocraties. Concerts (Asaf Avidan, Dub Inc, DJ Shadow,…), débats et expositions complètent l’agenda de ce festival devenu un incontournable de l’automne bruxellois. Jusqu’au 29 octobre.

www.festivaldeslibertes.be

Ph. Andréa Dainef