« Besoin d’un toi », l’application pour héberger les sans-abris

124

L’application « Besoin d’un toi » verra le jour au mois d’octobre. Elle a pour but d’aider les sans-abris et la population à créer du lien social et faire naître des initiatives citoyennes.

L’idée et née du collectif Merci pour l’invit. Apparût le 11 septembre sur les réseaux sociaux, il appelait à réagir aux propositions xénophobes d’internautes et d’hommes politiques qui imploraient de s’occuper des SDF plutôt que des migrants.

Un projet humaniste

Le créateur du collectif, Pascal Pistone, directeur de la filière musique à Bordeaux-Montaigne, s’est associé avec Julian Lopez, le cogérant du bar bordelais « Quartier Libre » et Sandrine Décembre, maître de conférence en multimédia à l’université de Belfort. Ensemble, ils ont décidé de mettre en place un  » système d’ubérisation citoyenne« .  » Aujourd’hui, grâce aux outils numériques, on peut regarder des films, écouter de la musique, faire des rencontres… Pourtant nous n’avons jamais été aussi seuls, aussi déconnectés les uns des autres, détaille-t-elle. Cette application permettrait d’inverser le système. Tout le monde a besoin de faire des rencontres ; pas seulement les personnes sans-abri« , confie Sandrine Décembre au Figaro.

Des actions concrètes

En s’inscrivant sur l’application, chaque utilisateur peut aider une personne à son échelle. L’application peut également servir à se retrouver pour boire un café ou manger au restaurant. Elle propose également des cours de guitare et de chant. Les trois collaborateurs espèrent à terme trouver une association de « terrain » à qui ils céderaient gracieusement l’application. Pour que celle-ci serve à quelque chose, il faudrait « une association solide, avec un vrai mode de fonctionnement, qui pourrait localiser les initiatives citoyennes locales et accompagner les personnes sans-abri vers ces services. ». Car si l’application révèle un potentiel fédérateur, elle marginalise  les SDF qui ne possèdent pas de smartphone.

Lire aussi : Un artiste photographie les SDF comme ils rêveraient d’être

 

Ph. Facebook

SOURCEAnna Chagniot
SHARE