Emmy Awards : « Game of Thrones » entre dans l’histoire

163

« Game of Thrones » et « Veep » ont été sacrées meilleures séries aux Emmys dimanche et se sont fait une place dans l’histoire de ces prix de la télévision, lors d’une cérémonie où Donald Trump a été la cible d’innombrables attaques.

La saga médiévo-fantastique est devenue en six saisons le programme de fiction le plus décoré des Emmys, les « Oscars de la télévision », avec au total 38 prix, battant le sitcom « Frasier ».

belgaimage-96295658
Kit Harington de Game of Thrones

Grands gagnants

Caractérisée par un monde imaginaire aux moeurs féodales ultra-violentes, la série inspirée des romans de George R. R. Martin a décroché trois prix dimanche mais ses acteurs sont repartis bredouille.

La satire politique « Veep », sacrée meilleure série comique comme l’an dernier, s’est aussi taillée une place au Panthéon des Emmys grâce à son interprète Julia Louis-Dreyfus. Elle a gagné pour la cinquième fois d’affilée le prix de la meilleure actrice comique grâce au rôle de la (vice-)présidente incompétente Selina Meyers. C’est la sixième statuette au total pour ce prix, un record depuis la naissance des Emmys.

belgaimage-96300603
Julia Louis-Dreyfus

Trump en ligne de mire

«  »Veep’ a abattu la frontière entre comédie et politique. Ce qui a débuté comme une satire ressemble maintenant à un documentaire. Alors je promets de reconstruire ce mur et de faire payer le Mexique », a déclaré la comédienne de 55 ans, allusion à une promesse de Trump.

A moins de deux mois de l’élection présidentielle aux Etats-Unis, le ton de la soirée était marqué de références à une campagne particulièrement acrimonieuse.

Dans la séquence d’ouverture, l’animateur Jimmy Kimmel est monté dans la limousine présidentielle conduite par… Jeb Bush, candidat républicain malheureux, qui a lancé « si on mène une campagne positive, les électeurs finissent pas faire le bon choix » avant d’ajouter: « c’était une blague Jimmy« .

Autre allusion à l’année électorale, le présentateur a déclaré: « si ce n’était pour la télévision, est-ce que Donald Trump serait candidat à la présidentielle aujourd’hui? Non ». Référence au passé de vedette de l’émission « The Apprentice » de Donald Trump, Kimmel a ajouté: « Nous n’avons plus besoin de regarder la téléréalité, nous la vivons ».