Sécurité routière : le gouvernement veut serrer la vis

Les autorités se sont données pour objectif un maximum de 420 tués sur les routes d’ici 2020. Pour y parvenir, le gouvernement entend punir plus sévèrement les auteurs d’infractions.

Le nombre de tués sur les routes a diminué de 8% au premier semestre, passant de 290 à 266. L’institut belge pour la sécurité routière espère voir ces chiffres diminuer à nouveau, pour ne pas dépasser le chiffre de 420 en 2020. Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), compte encore « améliorer dans le futur cette tendance positive« , notamment en punissant plus sévèrement la récidive.

Il prépare pour cela un projet de loi qui apportera d’importantes modifications à la législation routière. La première mesure sera la création d’une nouvelle banque-carrefour pour mieux repérer les conducteurs coupables de fautes à répétition. La récidive fera ainsi l’objet d’une approche « plus claire« . Pour parler de récidive, le juge pourra se baser sur le nombre de jugements encourus et donc plus sur le contenu et la nature du jugement précédent. Le ministre examine aussi comment punir le délit de fuite plus sévèrement. En octobre prochain, une nouvelle banque-carrefour appelée ’Mercurius’ sera testée. Elle contiendra des données de différentes banques de données. Y figureront notamment le nombre de suspensions ou de condamnations dans le chef d’un conducteur, le type de permis dont il/elle est titulaire.

Lire aussi : Les Belges se surestiment au volant

Le ministre entend également prendre des mesures pour «punir plus sévèrement» les conducteurs qui ne respectent pas le code de la route. Ainsi, le permis de conduire standard sera retiré pour six heures (pour certaines infractions) et donc plus pour deux ou trois heures. Le délai pourra toujours être prolongé ensuite.

Lire aussi : 51% des Belges veulent plus de contrôles de vitesse