Les étoiles filantes de retour dans le ciel belge

Comme chaque année à cette période, les étoiles filantes vont illuminer le ciel au cours des nuits à venir. A partir de ce soir, elles devraient être un peu plus nombreuses chaque nuit, avec une apothéose attendue au cours du week-end.

Qu’est-ce qu’une étoile filante ? Une comète ? Une planète ? L’astronomie n’est pas réservée à quelques érudits. Les différents clubs du pays vont le prouver au cours des soirées à venir, avec l’organisation de nuits d’observation du ciel. Le passage de la Terre dans l’essaim des Perséides sera, une nouvelle fois, l’occasion de lever la tête. « C’est un prétexte, car il y a beaucoup plus à découvrir dans le ciel« , souligne Frédéric Thienpont, de la Fédération des astronomes amateurs. « Les clubs qui organisent des soirées proposeront d’observer Saturne, qui est magnifique, Mars… » Des cartes sont généralement mises à disposition pour aider les novices à s’orienter. Il est aussi possible d’utiliser des applications mobiles. Mais attention, la lumière émise par un smartphone éblouit l’œil, et il faut parfois une vingtaine de minutes avant que la pupille ne retrouve toutes ses capacités pour l’observation nocturne.

Lire aussi : Six films sur les merveilles de l’espace

Conditions adéquates
Mais tout au long de la semaine, ce seront bien les étoiles filantes qui seront au centre de l’attention. Dans des conditions idéales, il est possible d’en observer 120 par minute. En Belgique, c’est plus compliqué. Chaque étoile filante est le résultat de l’entrée dans l’atmosphère d’une poussière de comète, qui se consume. « Il s’agit de matière qui est rarement plus grande qu’un grain de riz », note Frédéric Thienpont. Du fait de la pollution lumineuse, seules les combustions les plus importantes sont visibles. Il est toutefois possible de trouver quelques zones relativement préservées de la luminosité des villes pour bénéficier de bonnes conditions d’observation. Et le ciel plutôt clair qui s’annonce pour cette semaine évitera de devoir attendre le passage du nuage, ennemi redoutable de l’astronome amateur. Il ne vous reste plus qu’à sortir et lever les yeux.

 

BELGAIMAGE-83949388

 

Lire aussi: Un marathon dans l’espace

 

Pourquoi y a-t-il plus d’étoiles filantes en août ?

La terre tourne autour du soleil. Et elle n’est pas seule : à ses côtés, d’autres planète, mais aussi des comètes. Ces derniers laissent derrière elles une longue trainée cailloux et de poussière. Quand la Terre passe au travers ce sillon lumineux, des poussières entrent dans l’atmosphère et s’embrasent, déchirant alors le ciel d’une trainée lumineuse. Le spectacle se déroule à quelques centaines de kilomètres a- dessus de nos têtes.

 

A quels autres périodes de l’année peut-on les admirer ?

Les étoiles filantes sont très nombreuses lors de la traversée de l’essaim des Perséides, début août. D’autres essaims sont traversés tout au long de l’année, notamment les 2-3 janvier, 21-22 avril, 5-6 mai, 27-28 juillet, 21-22 octobre, 13-14 et 22-23 décembre. La traversée de l’essaim des Léonides peut donner lieu à de véritables tempêtes, du 17 au 19 novembre.

 

Quelles conditions pour en profiter ?

– L’obscurité. Elle est essentielle. Les étoiles filantes ne sont souvent que des poussières, dont la combustion ne produit pas toujours beaucoup de lumière. Pour les observer, mieux vaut trouver un site aussi éloigné que possible de la pollution lumineuse des villes.

-La position. Il faut parfois être patient. Le mieux est donc de s’allonger au sol ou sur un transat, et de regarder vers le nord.

– Les conseils d’un pro. Il y a beaucoup à voir dans le ciel. Mais pour en profiter pleinement, mieux vaut avoir l’avis d’un spécialiste. La Fédération des astronomes amateurs organise des soirées un peu partout au cours des huit prochains jours. Retrouvez la soirée la plus proche de chez vous sur le site de la fédération des amateurs d’astronomie.