VIDEO. Un kart volant prêt à être commercialisé

112

Alors que le cofondateur de Google, Larry Page, investit des centaines de millions de dollars pour développer la première voiture volante de l’histoire, il semblerait qu’une petite entreprise de Los Angeles, appelée SkyRunner, lui ait damé le pion.

Le véhicule tout terrain appelé SkyRunner MK 3.2 vient de recevoir l’agrément S-LSA de l’Aviation américaine. Cela signifie qu’il est officiellement reconnu comme un appareil volant léger. « C’est une des étapes les plus importantes de l’histoire de notre entreprise », a commenté le PDG de SkyRunner, Stewart Hamel, à ce sujet.

Une sorte d’avion

A première vue, ce véhicule ressemble à un kart traditionnel auquel on aurait ajouté un siège passager derrière celui du conducteur. Mais il s’inspire autant de l’armée américaine que des sports extrêmes et du parachutisme. Son exosquelette tubulaire en acier et ses panneaux en fibre de carbone et aluminium le rapprochent plus d’un avion que d’un kart, tout comme l’énorme propulseur arrière qui rappelle un réacteur.

Lorsque les conditions de conduite deviennent trop difficiles, il peut déployer une toile de parachute pour s’envoler à plus de 3.000m d’altitude à une vitesse de croisière d’environ 70 km/h. Une fois dans les airs, il suffit de braquer à gauche ou à droite pour le diriger et d’appuyer sur l’accélérateur pour prendre de l’altitude.

Un coût non négligeable

Même s’il n’a reçu son agrément que cette semaine, SkyRunner est en cours de développement et subit des batteries de tests depuis plusieurs années, et n’a cessé de séduire des adeptes depuis ses débuts. Maintenant qu’il a tout les certificats en poche, sa production à grande échelle peut débuter. « La certification aérienne (…) permet de lancer la production de série, de créer des emplois et de combler d’heureux clients », a expliqué Daryl Ballard, de SkyRunner.

Mais ce petit bolide aérien n’est pas donné. Il faut débourser 119.000$ pour le modèle de base, les nombreuses options sont en plus, par exemple les sièges de course en fibre de carbone (1.899$) ou un affichage tête haute sous forme de casque d’aviateur qui protège aussi le visage (750$). Et les personnes qui résident dans des régions aux conditions climatiques extrêmes (tempêtes de neige, pluies torrentielles) pourront aussi opter pour des chenilles mécaniques en lieu et place des roues, pour un supplément de 5.200$.

SOURCEAFP
SHARE