Action des services publics: Le point concernant les perturbations dans les TEC

119

Les conducteurs des dépôts TEC ont voté la reprise du travail pour ce mardi. Ce lundi matin matin, un tiers des bus TEC roule dans le Tournaisis. A Mouscron, 90% des chauffeurs ont pris leur service. Dans la région d’Ath, la situation est normale mais toujours compliquée à Charleroi.

Tournai et Mouscron

Ce lundi matin, la CGSP a levé son piquet de grève devant les dépôts de Tournai et de Mouscron. Les véhicules peuvent donc quitter leurs dépôts sans le moindre problème.

Vendredi dernier, lors d’une assemblée générale, une majorité du personnel, 60%, avait décidé de poursuivre la grève. Ce lundi matin, à 06h15, une nouvelle assemblée des conducteurs s’est tenue. A une large majorité, la reprise du travail a été votée. Dans la région de Mouscron, cinq services sur six sont assurés. A Tournai, actuellement, dix sorties sur vingt-sept sont assurées. La situation va certainement s’améliorer dans le courant de l’après-midi et la reprise sera totale dès mardi matin, a-t-on appris auprès du dépôt TEC de Tournai. Dans la région d’Ath, les lignes TEC sont desservies par des sociétés privées qui circulent tout à fait normalement.

Liège-Verviers

Seuls les dépôts de Jemeppe et de Robermont subissent encore des perturbations lundi matin. A Robermont, 92% des services sont assurés, tandis qu’à Jemeppe 83% des trajets sont effectués, indique la porte-parole du TEC Liège-Verviers vers 06h30. En principe, tous les services sont assurés à partir des autres dépôts.

Charleroi

Les dépôts de Jumet et de Montignies-sur-Sambre (Genson) subissent cette fois encore les blocages puisque des piquets ont été mis en place et des pneus disposés devant les deux dépôts, alors que des travailleurs voulaient prendre leur service. A Anderlues, des pneus et des voitures ont été placés devant les dépôts. Seul le dépôt de Nalinnes a laissé sortir des véhicules. Aucun métro ne circule par ailleurs sur les lignes de Gilly, de Gosselies et d’Anderlues.

Ce nouvel arrêt survient alors que, dimanche, le trafic avait pu reprendre de manière partielle. La direction avait fait évacuer les bus qui bloquaient les accès à ces dépôts. Les chauffeurs qui avaient souhaité prendre leur service n’en avaient pas été empêchés. L’assemblée générale de vendredi n’avait pas permis d’aboutir à un vote sur la poursuite du mouvement, et une nouvelle assemblée avait été fixée à ce mardi. L’entrevue qui avait eu lieu vendredi soir entre une délégation syndicale et la direction avait permis la courte relance partielle des activités dimanche, avec la levée des barrages constitués par des bus.