EgyptAir: la recherche de l’avion se poursuit

Les recherches se poursuivaient hier en Méditerranée pour localiser les précieuses boîtes noire qui aideront peut-être à comprendre ce qui a mené à l’accident du vol MS804 d’EgyptAir. Les navires et avions scrutant la mer entre la Crête et la côte nord de l’Égypte cherchent aussi à récupérer les corps des 66 occupants de l’avion. Un sac à dos d’enfant rose orné de papillons, un petit morceau de carlingue déchiqueté, des revêtements de sièges déchirés et un gilet de sauvetage font partie des premiers débris repêchés. Mais les enregistreurs de vol, ou boîtes noires, n’ont pas encore été repérés, contrairement à ce qu’avait affirmé la chaîne américaine CBS News samedi. Le ping des balises des deux enregistreurs n’émettra que 4 à 5 semaines dans l’eau, avant que leurs batteries ne soient épuisées.

Dans l’attente de leur découverte, l’absence de revendication mais surtout l’émission d’alertes signalant de la fumée à bord quelques minutes avant que l’appareil ne chute semblent réhabiliter la thèse de l’incident technique. « Toutes les hypothèses sont possibles » et aucune n’est privilégiée pour expliquer le crash, a souligné hier le président égyptien. Son ministre de l’Aviation civile avait privilégié la thèse de l’attentat le jour même de la catastrophe mais, depuis, l’absence de revendications a poussé les analystes à rester très prudent sur cette thèse.

De la fumée avant l’accident

La seule avancée de l’enquête au cour du week-end concerne un dégagemetn de fumée dans l’avion. L’Airbus A320 a envoyé des messages automatiques signalant des fumées près du cockpit de l’appareil, selon des médias américains. « Nous sommes au courant de ces informations de presse. A ce stade, je ne peux ni les confirmer, ni les démentir« , a toutefois indiqué un responsable du ministère égyptien de l’Aviation civile.

L’un de ces messages mentionne qu’ « une fumée intense a déclenché des alarmes dans la partie avant de l’appareil, où sont situées des parties vitales de son électronique de bord« , selon le Wall Street Journal. « Les messages d’erreur durent environ deux minutes, alertant l’équipage au sujet de fumée détectée dans des toilettes et un compartiment » situé sous le plancher du cockpit de l’avion, selon le WSJ.

Les recherche se poursuivent encore actuellement en Méditerrannée orientale.