Une femme rapporte son livre à la bibliothèque avec 67 ans de retard

« Ce livre DOIT être retourné à la date inscrite sur le dernier cachet ci-dessous ». Voici le message qui figurait sur les fiches qui accompagnées les livres de la bibliothèque d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, avant l’informatisation du système de prêt. Après cette date, l’emprunteur s’exposait à une amende de trois pence la première semaine et ensuite d’un penny par jour de retard.

« Mieux vaut tard que jamais », c’est sans doute ce que c’est dit, une femme en rapportant un livre qu’elle était censée rendre le 17 décembre 1948. Cette Néo-zélandaise était une petite fille en 1948 lorsqu’elle a emprunté « Myths and Legends of Maoriland ».  Ce n’est que la semaine dernière qu’elle est revenue à la bibliothèque en demandant ce qu’elle devait payer en retournant un livre avec 24.605 jours de retard !

1533

« Elle avait l’air un peu gêné, mais j’étais ravie parce qu’elle m’a dit qu’elle avait lu et apprécié ce livre de nombreuses fois durant des décennies. Cela m’a rendu heureuse que ce livre ait été aimé et dans une bonne maison « , explique la bibliothécaire.

Normalement, la lectrice, qui a souhaité rester anonyme, aurait dû s’acquitter d’une amende de près de 15.000 euros. Néanmoins, la bibliothèque d’Auckland a déclaré qu’elle ne devra rien payer car elle n’était qu’une enfant lorsqu’elle a emprunté le livre en 1948.

Ph. Epsom Community Library / Facebook