Série de la semaine : «Ennemi public», thriller mystique belge

Chaque semaine, Metro se penche sur une nouvelle série télé à venir. Après le succès rencontré avec «La Trêve», la RTBF continue sur sa lancée en diffusant à partir de ce dimanche une deuxième série policière made in Belgium. «Ennemi public» fait écho à l’affaire criminelle la plus connue des Belges.

Le pitch

Guy Béranger (interprété par Angelo Bison), un assassin d’enfants, est libéré en conditionnelle après avoir purgé deux tiers de sa peine. Il est accueilli par les moines de l’abbaye de Vielsart, un petit village des Ardennes. La population est totalement indignée par la présence de l’ennemi public numéro 1 dans leur paisible village. L’inspectrice Chloé Muller (Stéphanie Blanchoud), qui dissimule un passé trouble, est chargée de la protection du criminel. Quelques jours après l’arrivée de Guy Béranger à Vielsart, une petite fille disparaît mystérieusement… Cette première saison compte dix épisodes d’une cinquantaine de minutes.

Les promesses

Les similitudes avec l’affaire Michelle Martin et son accueil au couvent des soeurs Clarisses à Malonne sont criantes. Mais il ne s’agit que d’un élément d’accroche pour donner au spectateur un sentiment de réel. L’intrigue est totalement fictive Les cinq créateurs de la série, Matthieu Frances (également coréalisateur), Gilles de Voghel, Antoine Bours, Christopher Yates et Fred Castadot, confirment que l’idée vient de l’affaire Martin mais que leur volonté était de s’en détacher totalement. La série pose surtout la question: «Que feriez-vous si vous deviez vivre aux côtés d’un individu dangereux?»

Après avoir visionné les deux premiers épisodes, on est agréablement surpris par la profondeur de certains personnages, par ailleurs campés par des acteurs de talent. À commencer par Angelo Bison, dont le visage colle parfaitement à l’image du tueur en série psychopathe. Le comédien a d’ailleurs été primé dimanche dernier pour son rôle lors du festival Séries Mania à Paris. Le personnage de Chloé est lui aussi bien travaillé, avec un côté sombre et très complexe. Au casting, on retrouve aussi un habitué des séries françaises, Clément Manuel («Ainsi soient-ils», «Falco»), qui interprète le rôle de Frère Lucas.

«Ennemi Public» a été tourné dans les Ardennes, région propice aux histoires criminelles, mais aussi dans le Namurois et à l’abbaye de Val-Dieu. Le cadre très intéressant de l’abbaye rajoute une dimension mystique au récit. La série entre, en outre, tout de suite dans le vif du sujet et le scénario semble solide.

Après le succès de la Trêve, «Ennemi Public» devrait suivre le même chemin. En tout cas, la série séduit déjà à l’étranger: elle a déjà reçu le coup de cœur du jury lors des MipDrama Awards à Cannes au début du mois. Et le feu vert pour une deuxième saison a déjà été donné!

Ph. Entre chien et Loup / Playtime Films / RTBF / Proximus