Le travail étudiant a le vent en poupe 

La Belgique compte pas moins de 469.000 étudiants jobistes qui, ensemble, travaillent plus de 10 millions de jours par an.

Au cours de ces dernières années, le travail étudiant n’a cessé d’augmenter. Kris Wils de l’Office national de Sécurité sociale explique : « Nous constatons en réalité une double augmentation : d’une part, le nombre d’étudiants qui exercent un job augmente et d’autre part, le nombre de jours de travail prestés par an s’accroit également. La moyenne est actuellement de 22 jours par an, soit 5 % de plus que l’année précédente. »

50 jours

La plus forte augmentation dans le travail étudiant a eu lieu en 2012. Avant, les jeunes pouvaient travailler 23 jours durant les mois d’été et 23 jours en dehors des mois d’été. En 2012, cela a été étendu à 50 jours au total, répartis toute l’année. « Une minorité de 5 % a utilisé son contingent total de 50 jours. Le travail étudiant est à présent devenu plus flexible ; alors qu’autrefois, les étudiants occupaient presque toujours un emploi d’été classique en juillet ou en août, il n’en est plus forcément ainsi aujourd’hui. Même si l’été reste toujours la période principale, représentant plus de 60 % du total du travail étudiant, les étudiants travaillent désormais aussi pendant le reste de l’année : durant les autres vacances scolaires et tout au long de l’année académique. »
« La plus grande part revient au secteur intérimaire, qui représente 33 % de tout le travail étudiant – un bon conseil, donc, à l’intention des étudiants : adressez-vous aux agences d’intérim qui disposent d’un large éventail d’emplois à pourvoir – suivi par le commerce avec 20 % et l’horeca avec 14 %. Les femmes (56 %) sont également plus nombreuses que les hommes à exercer un job d’étudiant. »