Les espions de cinéma les plus cools de tous les temps

Intrigues, destinations exotiques, méchants rusés… constituent la trame de nombreux films d’espionnage. Et ces films passent ou cassent généralement avec le personnage principal, l’espion souvent tiré à quatre épingles qui, avec ces idées subtiles et ses gadgets ingénieux, sauve une fois encore le monde de sa perte. Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E., un film d’action comique qui se base sur la série télévisée du même nom datant des années 60, est disponible dès maintenant en DVD et en Blu-ray, ce qui constitue pour nous l’excuse parfaite pour présenter les espions de cinéma les plus cools.

James Bond

Bond

Qui dit espion de cinéma pense immédiatement à James Bond. Le superagent secret britannique est apparu pour la première fois sur grand écran en 1963 avec James Bond 007 contre Dr No et, 53 ans plus tard, 007 remplit toujours les salles de cinéma. Que le rôle soit interprété par Sean Connery, le rude bagarreur, Roger Moore, le détective suave, ou Daniel Craig, le héros moderne, Bond évolue avec son temps et reste l’archétype de l’espion au cinéma.

Harry Palmer – Ipcress, danger immédiat

Ipcress

Le succès de Bond n’est pas resté sans écho. Deux ans à peine après Dr. No sort Ipcress, danger immédiat avec Michael Caine dans le rôle principal, celui d’Harry Palmer. Palmer est une sorte d’anti-Bond, un héros à lunettes de la classe ouvrière qui est contraint de devenir espion pour effacer des actes criminels. Len Deighton, l’auteur du livre du même nom, devait au départ écrire le scénario des deuxièmes aventures de James Bond. Mais comme le travail n’avançait pas, il a été remercié et a dès lors décidé de porter Ipcress, danger immédiat à l’écran. Pas mal de personnes qui avaient collaboré à James Bond 007 contre Dr No, dont le producteur Harry Saltzman, ont aussi contribué à ce film.

Napoleon Solo –Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E.

Dans les années 60, pendant la Guerre Froide, est sortie la série télévisée Des agents très spéciaux. Cette série racontait l’histoire d’un espion américain et d’un espion russe qui collaboraient contre le grand méchant T.H.R.U.S.H. C’est à Ian Fleming, le père de James Bond, que l’on doit le nom de Napoleon Solo et la série devait s’appeler à l’origine Ian Fleming’s Solo. Les producteurs de Bond, Saltzman et Broccoli, n’étaient pas d’accord, car dans Goldfinger il y a un personnage qui s’appelle Mr. Solo. Fleming ne s’est pas laissé faire et c’est finalement uniquement le nom de la série qui a été modifié.

L’histoire de Napoleon Solo et d’Illya Kuryakin est ressortie cette année, mais cette fois sous la forme d’un film. Sous la direction de Guy Ritchie et avec Henry Cavill, Armie Hammer et Alicia Vikander dans les rôles principaux, cette histoire d’espionnage classique a reçu un nouvel habillage plus cool.

Ethan Hunt – Mission Impossible

Hunt

Tout comme Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E., Mission Impossible est à l’origine une série télévisée des années 60. À la fin des années 80, la série a été reprogrammée à la télévision, mais la chaîne ABC a décidé de la retirer après deux saisons. Par après, on a pensé pendant très longtemps à en faire un film, pour lequel il faudra attendre que Tom Cruise s’en mêle. Tom Cruise est un fan de la série depuis l’enfance. Quand il a fondé sa propre boîte de production, il n’y avait bien évidemment qu’un seul film qui pouvait essuyer les plâtres. Ce thriller haletant a donné une seconde vie à Ethan Hunt et à la phrase iconique «… this message will self-destruct in five seconds».

Jason Bourne – La mémoire dans la peau

Bourne

Comme Tom Cruise était fan depuis tout jeune de Mission Impossible, le réalisateur Doug Liman était lui fasciné par La mémoire dans la peau après avoir lu le livre quand il était ado. Après le lancement de sa carrière avec Swingers, il décide de s’atteler à une version cinématographique de La mémoire dans la peau. Matt Damon participe à l’aventure dans la peau de Jason Bourne, un agent secret qui a des pertes de mémoire et ne sait plus qui il est. Il n’a heureusement pas perdu sa combativité, car son ancien employeur veut le tuer!

Galahad –Kingsman: Services secrets

Galahad

Nous terminerons avec un film léger, qui a connu un succès inattendu cette année. Il est né de la frustration de l’auteur de B.D. Mark Millar et du réalisateur Matthew Vaughn. Ils trouvaient que les films d’espionnage qui sortaient de nos jours étaient trop sérieux et ils ont alors décidé de tourner une version comique. La plus grosse surprise est peut-être bien venue de Colin Firth, qui endosse le rôle de l’agent secret Galahad. Firth est en effet surtout connu pour ses rôles dramatiques comme le roi bègue George VI dans Le Discours d’un roi ou Mark Darcy dans Le Journal de Bridget Jones. Peu s’attendaient à ce qu’il sache combiner style et action comme dans Kingsman.

Uncle BoxVous avez besoin d’une bonne dose d’escapisme, d’humour et d’aventure avec en plus quelques espions cools? The Man from U.N.C.L.E. est disponible dès aujourd’hui!