À travers le désert de Mad Max

Jusqu’à présent, un des films de l’année est sans conteste Mad Max: Fury Road. Outre le retour à une Australie post-apocalyptique et à la légende de Max Rockatansky, Fury Road signe aussi celui sans pareil aux effets spéciaux et aux cascades d’antan. Maintenant que Mad Max: Fury Road est sur le point de sortir en DVD et Blu-ray, il nous a semblé que c’était le moment idéal pour revenir sur les trois films précédents et se pencher sur l’histoire du Road Warrior.

Mad Max (1979)

Mad Max1

Le tout premier Mad Max a indubitablement connu un succès inattendu. Personne n’avait entendu parler en 1979 de George Miller ou de Mel Gibson. De plus, le petit monde du cinéma était quasi inexistant en Australie. Avec un budget d’environ 250.000 euros, Mad Max est quand même devenu un succès au box-office international qui a rapporté plus de 100 millions de dollars. Jusqu’à la sortie de Le Projet Blair Witch en 1999, Mad Max détenait le record du film à la marge bénéficiaire la plus élevée.

George Miller a puisé son inspiration pour le film dans sa jeunesse avec le décès de trois amis dans des accidents de voiture et dans son travail comme médecin urgentiste. En 1971, il suit un stage de vacances de réalisation de films. Il y fait la connaissance de Byron Kennedy et ils produisent ensemble le court-métrage Violence in the Cinema, Part 1. Huit ans plus tard, ils feront Mad Max avec James McCausland, dont c’était le premier script.

Le rôle principal est confié à Mel Gibson, encore inconnu à l’époque. Il interprète le rôle de Max Rockatansky, un agent dans le futur dystopique qui fait de son mieux pour maintenir l’ordre. Dans un monde où l’essence se fait de plus en plus rare, des bandes violentes circulent en auto et à moto. Un jour, une de ces bandes tue son collègue. Max perd toutes ses illusions à propos de la police et essaie d’échapper à la situation. Mais quand la bande tue aussi sa femme et son jeune fils, il pète un câble. Il se venge mais a bien conscience d’être un homme brisé, pas vraiment très différent des types qui ont tué sa famille. Max disparaît ensuite dans l’outback australien, pendant que le monde autour de lui continue d’être happé dans une spirale descendante.

Mad Max 2: Le Défi (1981)

Mad Max 2

Pendant le montage, Miller mijote tellement longtemps sur Mad Max qu’il se met à détester le film, parce que le produit fini ne correspond pas à son idée. Frustré par le film et étonné par son succès, il découvre le livre Le Héros aux mille et un visages. Il y apprend que beaucoup des récits mythologiques du monde entier ont pas mal d’éléments similaires, des éléments que l’on retrouve aussi dans Mad Max. Avec un plus grand budget et inspiré par des grands maîtres comme John Ford, Alfred Hitchcock et Akira Kurosawa, George Miller se remet au travail.

Le film se déroule cinq ans après les événements de Mad Max. Max est un homme brisé, qui sillonne le désert à la recherche de nourriture, d’eau et de carburant. Quand il tombe sur une petite colonie victime de harcèlement, il retrouve en partie son humanité et décide d’aider ses habitants.

Avec un minimum de récit et de dialogues, Miller parvient à nouveau à créer un film d’action cinétique dans un monde dystopique. Le film est loué comme un des meilleurs films de l’année et aussi comme un des films d’action les plus influents.

Mad Max 3: Au-delà du dôme du tonnerre (1985)

Mad Max 3

Mad Max 3 est le film que personne ne veut faire. Mel Gibson a fait le tour du personnage et George Miller a raconté son histoire. Pour comble de malheur, Byron Kennedy, producteur et grand ami de Miller, perd la vie dans un accident d’hélicoptère lors d’un repérage pour le film.

George Miller a au départ l’idée d’un film dans le genre de Sa Majesté des mouches, où une communauté qui se compose uniquement d’enfants est découverte par un adulte. Ce n’est que quand quelqu’un lui suggère que cet adulte pourrait être Max que le projet Mad Max 3 voit le jour. De plus, le script est suffisamment bon pour convaincre Gibson de revenir.

Quinze ans après Mad Max 2, Max Rockatansky erre encore toujours dans le désert australien. Après une attaque, il suit une piste vers Trocpolis afin de retrouver ses affaires. Un refus d’exécuter un plan politique l’amène toutefois à en être banni, et c’est à ce moment que Max trouve le groupe d’enfants. Les enfants pensent que c’est le signe qu’ils peuvent retourner à la civilisation, mais ils ont des problèmes à Trocpolis. Grâce à l’aide de Max, les enfants peuvent toutefois démarrer une nouvelle communauté dans des ruines, même si Max continue d’errer en solitaire dans le désert.

Au-delà du dôme du tonnerre est encore toujours bien accueilli. Les critiques sont satisfaits des nouvelles idées développées dans le film. Le ton plus léger et la sauce plus hollywoodienne, incluant Tina Turner dans le rôle d’Aunty Entity, ne sont toutefois pas du goût de tous.

Mad Max: Fury Road (2015)

Miller a fait le tour de la légende de Mad Max, jusqu’à ce qu’il traverse une rue en 1998! Au beau milieu, voilà que l’idée d’un nouveau film lui vient à l’esprit. Avant d’arriver de l’autre côté de la rue, il décide toutefois de laisser tomber cette idée. Pourtant, elle continue de lui trotter dans la tête. Un an plus tard, il en écrit le synopsis au cours d’une nuit d’insomnie sur un vol intercontinental, même si pas mal de contretemps retarderaient encore le film pendant des années.

C’est ainsi que le dollar américain s’est écroulé par rapport au dollar australien après le 11 septembre 2001, si bien que le budget s’est aussi considérablement réduit. George Miller est dès lors contraint de se consacrer au film d’animation Happy Feet.

De plus, Heath Ledger qui doit reprendre le rôle de Mel Gibson décède en 2008 d’une overdose de médicaments. Finalement, c’est Tom Hardy qui reprend le flambeau. En 2011, tout semble prêt pour le tournage, quand de fortes chutes de pluie transforment le désert australien en une prairie pleine de fleurs sauvages. L’équipe et les acteurs, près de 1.700 personnes au total, déménagent dans le désert de Namibie vu que tout peut être filmé avec très peu d’images de synthèse.

Mad Max_BoxTrente ans après Au-delà du dôme du tonnerre, Fury Road sort enfin. Le film vous prend avec ses cascades et ses effets spéciaux de l’ancienne école et ne vous lâche pas jusqu’à la dernière goutte d’essence dans le réservoir. George Miller, qui a désormais atteint la septantaine, et dont les derniers films ont été Babe 2: le cochon dans la ville, Happy Feet et Happy Feet 2, a réussi à tourner un des films d’action les plus angoissants de ces dernières années.

Mad Max Fury Road est disponible en DVD et en Blu-ray à partir du 14 octobre.