Charlie Hebdo défend ses caricatures controversées sur le petit Aylan et les réfugiés

333

Le rédacteur en chef de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo a défendu jeudi les dernières caricatures du journal sur les réfugiés en Europe et le petit Aylan, qui lui ont valu d’être accusé de racisme sur les réseaux sociaux.

« Ces dessins sont satiriques et la satire doit provoquer un choc. Si cela ne provoque pas de choc, il ne s’agit pas d’un bon dessin », a déclaré Gérard Biard à la presse à l’occasion de la remise à l’hebdomadaire d’un prix allemand sur la liberté d’opinion et la démocratie, le M100 Media Awards, décerné chaque année par un jury composé de journalistes du monde entier.

charlie hebdo

Critiques et polémique

Il réagissait à la publication par Charlie Hebdo de caricatures faisant de l’humour noir à propos notamment de la mort récente du petit Aylan, retrouvé noyé sur une plage turque et devenu symbole du drame des migrants en Europe. Ces caricatures ont suscité des critiques sur les réseaux sociaux, l’hebdomadaire se voyant accuser de racisme à l’égard des réfugiés. Un avocat britannique et militant des droits de l’Homme, Peter Herbert, a accusé sur Twitter le journal d’être « une publication purement xénophobe ».

Appels au meurtre

Ces dessins parlent du drame des milliers de réfugiés « qui cherchent un refuge en Europe et à qui on est seulement en mesure d’offrir la société de consommation », a répondu M. Biard. « C’est l’opinion du dessinateur, on est en droit de ne pas être d’accord », a-t-il ajouté, tout en rejetant les critiques sur les réseaux sociaux dont beaucoup selon lui étaient « des appels au meurtre » contre la rédaction du journal satirique. « Cette controverse a émané des soi-disants réseaux sociaux et si vous regardez les messages, beaucoup d’entre eux appelaient à ‘finir le travail’ du mois de janvier, il s’agissait d’appels au meurtre », a-t-il déploré.

Devant la déferlante de messages portant le hastag #JeNeSuisPasCharlie sur les réseaux sociaux, un dessin expliquant la caricature a été publié sur le compte Twitter du dessinateur de presse Hank le 16 septembre. Titré « le dessin de presse pour les nuls », il y explique de manière détaillée le message derrière la caricature de Riss en écrivant qu’il ne s’agit pas « d’un dessin drôle, il dénonce une situation » ou bien encore qu’il s’agit d’y retrouver des symboles.

Prix de la liberté d’expression

L’attaque le 7 janvier au siège du journal avait coûté la vie à 12 personnes, dont cinq de ses dessinateurs. La remise du prix au journal dans le château de Sans-souci à Potsdam, près de Berlin, a été l’occasion d’un très important déploiement de forces de l’ordre pour assurer la sécurité du rédacteur en chef du journal.

M. Biard a estimé que le prix attribué à son journal était « important car non seulement c’est un prix pour la liberté d’expression et de conscience«  mais, « le plus important pour nous », il est attribué « par l’ensemble de la presse de tous les pays ». « Même si tout le monde n’est pas d’accord avec ce que nous publions chez Charlie (…) pour nous c’est un grand réconfort », a-t-il dit.

charlie
Gérard Biard rédacteur en chef de Charlie Hebdo