De nouvelles monnaies débarquent en France

239

Alors que l’Euro reste la monnaie utilisée chez nos voisins, la France en possède une trentaine d’autres en circulation. Une monnaie locale, la tinda, a été mise en circulation dimanche à Billère (Pyrénées-Atlantiques), près de Pau, destinée à être utilisée dans le Béarn, a-t-on appris auprès de l’association à l’initiative du projet. Une autre verra également le jour prochainement dans le sud de la Bretagne.

Payer en galais

Les habitants de Ploërmel pourront bientôt payer en galais. En novembre prochain, une nouvelle monnaie devrait être mise en circulation. Du nom de « petit arbre », en dialecte local, le gallo, elle permettra de privilégier les circuits courts, comme l’emploi et les produits locaux, en réglant certains achats au sein d’un réseau, comme l’explique Le Figaro. Elle pourra ainsi être utilisée par les 70 000 habitants de 54 communes, cinq ans après la création de la première monnaie locale de France, l’Abeille.

Dépenser sa tinda

Mais il ne s’agit pas de la seule petite nouvelle qui débarque dans le portefeuille des utilisateurs. La tinda est, elle, disponible depuis dimanche. «Nous avons convaincu 200 prestataires. Les premiers coupons ont été mis officiellement en circulation aujourd’hui (dimanche): des coupons de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 qui représentent une valeur de 90.000 tindas», a indiqué à l’AFP Christine Serrer, membre de l’association De main en main, à l’origine de la création de cette monnaie lancée à l’occasion du Village des alternatives organisé ce week-end par l’antenne béarnaise du mouvement écologiste Alternatiba. «Il est possible de faire ses achats en tindas auprès des producteurs qui exposent au village Alternatiba et qui ont tous adhéré à la tinda. Quatre comptoirs d’échange ont été mis à la disposition du public pour échanger les euros en tindas» (une tinda = un euro), a-t-elle ajouté.

En fin de matinée, dimanche, quelque 400 personnes affluaient dans le village des alternatives, sur fond de sonnailles: la tinda est le nom de la cloche que portent les vaches en transhumance. Selon l’association, la tinda, monnaie non-spéculative, devrait permettre de «redynamiser l’économie locale en incitant à acheter et échanger ‘local’, favoriser une production et une consommation plus respectueuse de la nature et des humains à l’aide d’une charte à laquelle doivent se conformer les prestataires, et re-créer du lien social. »

tindas1

D’autres monnaies locales

Le initiateurs du projet se sont inspirés des monnaies locales déjà créées en France comme l’abeille, première monnaie alternative lancée en 2010 à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) et l’eusko, monnaie locale basque, lancée il y a deux ans. L’eusko est aujourd’hui la plus développée du réseau, avec 2.700 utilisateurs et l’équivalent de 370.000 euros en circulation. Un projet de carte de paiement est à l’étude. Les monnaies locales sont sous le contrôle de la Banque de France. D’autres sont également en projet comme le rappelle Le Figaro en faisant référence à un rapport remis par Carole Delga, secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale et solidaire.

Eusko
Eusko