Un défaut de paiement de la Grèce coûterait 609 euros à chaque Belge

Un défaut de paiement complet de la Grèce coûterait 609 euros à chaque citoyen belge, soit un total de 6,825 milliards pour le pays ou 1,69% du PIB, ressort-il d’une étude d’ING Economic Research, qui se base sur les montants prêtés par les pays de la zone euro à la Grèce, via les mécanismes de soutien.

Au total, les pays de la zone euro ont prêté 195 milliards d’euros à la Grèce, soit 108% de son PIB, par l’intermédiaire de ces mécanismes, 53 milliards ayant été versés dans le premier programme d’aide (2010-2012) et 142 milliards dans le second (de 2012 à aujourd’hui). La Belgique a pris à son compte 3,5% de ces montants, ce qui représente un total de 6,825 milliards d’euros. Néanmoins, un défaut de paiement « à 100% » est « hautement improbable », selon ING qui estime qu’un défaut portant sur 50% des sommes dues coûterait 305 euros à chaque belge. Ce montant serait réduit à 183 euros en cas de défaut limité à 30% et à 61 euros pour un défaut de paiement de 10%.

A noter que l’étude d’ING ne tient pas compte de l’impact qu’aurait un défaut de paiement de la Grèce vis-à-vis de la BCE, ni vis-à-vis du FMI. Elle ne tient pas compte non plus des conséquences économiques plus vastes liées aux incertitudes plombant la zone euro.