« Timbuktu » : entre beauté, cruauté et absurdité

141

Kidane vit dans les dunes près de Tombouctou avec sa femme et sa fille. Sa famille a jusqu’ici été épargnée par la dure loi des jihadistes qui contrôlent la ville. Mais cela change quand Kidane décide de tuer Amadou, un pêcheur qui s’en était sauvagement pris à GPS, sa vache préférée. Le tour de force du cinéaste mauritanien Abderrahmane Sissako dans ce drame est de mettre côte à côte la cruauté des jihadistes avec la beauté des paysages. Et surtout d’y rajouter une bonne dose d’humour provenant de situations absurdes : les terroristes utilisant leurs smartphones mais interdisant la musique, des problèmes d’éclairages lors d’un enregistrement de vidéo de propagande, etc. Les émotions sont aussi au rendez-vous à travers le triste destin de cette famille et le quotidien de la population où les jeunes jouent au foot sans ballon. Un film fort qui ne fait pas que la part belle à la violence mais incite à la réflexion. Un clip en bonus.

Film : 4/5

Bonus : 1/5

Ph. Le Pacte