Six boss du cinéma pour lesquels vous ne voudriez pas travailler

Les relations avec l’employeur constituent un point sensible pour beaucoup de gens. Il arrive même qu’on ne puisse le supporter. Bien évidemment, vous ne le montrez pas car votre job en dépend! Mais il y a des patrons vraiment insupportables pour qui voous ne voudriez travailler pour pour rien au monde. On les rencontre surtout au cinéma et à la télé, où on n’hésite pas à noircir leur portrait. À l’occasion de la sortie de Comment tuer son boss 2, nous vous présentons six patrons du grand écran pour lesquels vous ne voudriez pas travailler.

  1. Bill Lumbergh (35 heures, c’est déjà trop)

Faire des heures supplémentaires, cela n’a rien d’amusant, d’autant plus quand on vous le demande à la dernière minute! Bill Lumbergh de 35 heures, c’est déjà trop est un champion en la matière. Le vendredi à 16h55, vous pouvez être sûr qu’il se rend dans le bureau du personnage principal pour lui annoncer d’un ton monocorde qu’il doit aussi travailler le samedi. Son style de management fuyant la confrontation et son indifférence envers ses employés font finalement en sorte que le feu est bouté à son entreprise.

lumbergh

35 heures, c’est déjà trop n’a pas connu au départ un grand succès, mais est devenu petit à petit un film culte. Beaucoup de gens se reconnaissent dans les personnages principaux, que leur job agace à mort. Bill Lumbergh est même devenu ces dernières années une référence sur internet, synonyme de questions ennuyantes, de non-confrontation.

  1. Dave Harken (Comment tuer son boss)

Les patrons de Nick, Dale et Kurt dans Horrible Bosses ne sont pas des enfants de chœur! Outre l’accro au sexe Julia Harris (Jennifer Aniston) qui fait chanter son employé et le junkie Bobby Pellitt (Collin Farrell), il y a encore Dave Harken (Kevin Spacey), qui les coiffe tous les deux.

Le sadique Harken ne fait pas seulement enrager ses employés, c’est aussi un dangereux psychopathe qui fait accuser les autres à sa place. Pas étonnant que son propre personnel ait envie de le tuer! Ses actes lui valent finalement un emprisonnement de 25 ans, ce qui ne l’empêche pas de revenir dans Comment tuer son boss 2.

  1. Miranda Priestly (Le diable s’habille en Prada)

Dans Le diable s’habille en Prada, Miranda Priestly (Meryl Streep) est la preuve que les femmes peuvent aussi être des boss cruels. En tant que rédactrice en chef du magazine de mode Runway, elle est toujours parfaitement habillée, mais aussi froide et impitoyable. Quand elle claque des doigts, elle s’attend à ce que tout le monde obéisse. Sa nouvelle assistante, Andy (Anne Hathaway), fait tout pour satisfaire ses exigences impossibles, jusqu’à ce que finalement elle explose.

Le personnage de Priestly serait basé sur Anna Wintour, la rédactrice en chef du magazine de mode Vogue. Lauren Weisberger, l’auteure du livre du même nom, a travaillé deux ans chez Vogue, mais nie que Priestly soit la copie conforme de Wintour. Anna Wintour est une personne qu’il faut prendre avec des pincettes. Plusieurs designers ont refusé d’apparaître dans le film par crainte qu’elle ne parle plus de leur travail dans son magazine.

  1. Burns (Les Simpson)

Dans Les Simpson, le richissime propriétaire de la centrale nucléaire de la ville de Springfield est, outre le patron de Homer, aussi souvent son principal adversaire. Il semble uniquement préoccupé par ses investissements et l’argent qu’ils lui rapportent. Il ne se soucie absolument pas du fait qu’il occulte la lumière du soleil sur toute la ville ou que sa centrale nucléaire déverse des déchets dans la rivière.

L’auteur, Matt Groening, s’est basé pour le personnage de Burns sur un ancien professeur, mais aussi sur pas mal de magnats comme John D. et David Rockefeller, Howard Hughes et même le personnage de fiction Charles Foster Kane dans Citizen Kane. Le but de Groening était de faire de Burns l’incarnation de la cupidité.

  1. John Williamson (Glengarry)

Kevin Spacey aime apparemment les rôles de patron sadique car nous le retrouvons dans Glengarry. Il interprète dans ce film le rôle de John Williamson, qui dirige sans scrupules une agence immobilière qui ne tourne pas bien. Après un discours choc de Blake (Alec Baldwin), les trois courtiers les plus mauvais se voient contraints d’accepter un sacré défi. Ils ont deux jours pour vendre le plus de terrains possibles. Le gagnant recevra une nouvelle voiture, le deuxième un ensemble de couteaux à viande et le perdant devra dégager!

https://vimeo.com/14305226

Glengarry a reçu un bon accueil de la critique mais a été un flop commercial. Le film est quand même devenu culte, à cause de son casting relevé comprenant Kevin Spacey, Al Pacino, Alec Baldwin, Jack Lemmon et Ed Harris. Les acteurs ont apparemment aussi apprécié le casting. Au lieu d’attendre dans leur caravane quand ils n’avaient pas de scènes à tourner, ils restaient sur le plateau pour regarder leurs collègues.

  1. David Brent (The Office)

Aussi terrible que le boss qui vous haïssez passionnément, il y a le boss qui pense qu’il est votre meilleur ami. David Brent en est sans aucun doute le prototype. Dans The Office, il se qualifie «en premier lieu d’ami, puis de patron et ensuite d’artiste». Brent est suffisamment naïf pour penser qu’il est une figure de père drôle et intelligente, mais dans son ignorance il offense souvent son personnel avec ses remarques dénuées de sensibilité.

David Brent est devenu au Royaume-Uni l’incarnation du mauvais patron. Malgré que le tout dernier épisode de The Office soit sorti en 2003, Ricky Gervais continue de donner vie au personnage. Il a été invité en tant qu’orateur chez Microsoft UK et il a sorti Learn Guitar with David Brent sur Youtube. Cette année, Brent est aussi revenu dans le film Life on the Road, où on montre ce qu’il devient 15 ans après son renvoi.

Vous êtes curieux de voir comment des employés frustrés se comportent avec des patrons insupportables? Horrible Bosses 2 est désormais disponible dans le commerce en DVD et Blu-ray!