« Une douce révolte » à la rencontre des « chambouleurs du monde »

«L’innovation est une désobéissance qui a réussi», entend-on dans le documentaire «Une douce révolte» qui sort aujourd’hui en salles. Le film de Manuel Poutte part à la rencontre de citoyens qui, plutôt que de s’apitoyer sur les tristes travers du monde, ont décidé de se relever les manches pour le changer à leur échelle. Voici quelques portraits de ces «chambouleurs du monde».

Des légumes au lieu d’une prison

JB Godinot 1_web

Au nord de la Région bruxelloise, Haren a des airs de village d’irréductibles Gaulois. Le projet de mégacentre pénitentiaire prévu dans les derniers champs de la capitale est clairement contesté par la population locale. Celle-ci s’est organisée en proposant des alternatives comme la création d’un grand potager collectif. Jean-Baptiste Godinot (photo) est l’un des militants les plus actifs. L’idéaliste a même traduit son engagement en parti politique. Le Rassemblement R souhaite ainsi agir pour une mutation profonde de la société, inspiré par le phénomène de décroissance et la mouvance écologiste. On le suit dans sa campagne électorale.

Créer sa propre monnaie

Couple Vachette_web

Si l’euro nous a permis de voyager sans les contraintes de change, il nous a aussi dépossédés du sens donné à notre monnaie. Pour reconquérir quelque peu ce pouvoir, Philippe et Mylène Vachette ont décidé de créer une monnaie locale dans la ville savoyarde de Chambéry, en France. L’«élef» s’échange ainsi dans toute une série de commerces partenaires. L’objectif: encourage les achats en circuits courts et chez les commerçants locaux. Les prestataires s’engagent eux aussi à proposer des produits et services durables et en lien avec le territoire.

En Belgique, plusieurs monnaies locales se développent: le valeureux à Liège, le talent à Ottignies-Louvain-La-Neuve, le ropi à Mons, l’éco iris à Bruxelles,etc.

Échange de temps et de compétences

Valentina Santanicchio_web

Toujours à Chambéry, Manuel Poutte, le réalisateur, a rencontré Marion Ducasse. La jeune femme coordonne l’Accorderie. Derrière ce nom s’est développé tout un réseau de personnes qui, plutôt que de payer l’un ou l’autre service, font appel à des voisins, membres du même réseau, qui proposent des menus services selon leurs compétences. Ici, aucun échange d’argent, mais simplement du temps à gagner, pour les deux parties, que l’on peut ensuite dépenser soi-même pour d’autres services dont on a besoin. Chez nous aussi ce genre d’initiatives existe: les SEL ou «Système d’échange local» se sont développés un peu partout dans le pays (www.sel-lets.be). Besoin de quelqu’un pour rédiger un courrier administratif? Vous voulez suivre des cours de piano? Besoin d’aide au jardin? Les talents du SEL sont variés et encouragent la rencontre entre les gens.

Le film de Manuel Poutte «Une douce révolte» sera visible dès aujourd’hui au Studio 5 de Flagey. Le réalisateur présentera son documentaire en personne le 12 mai à l’Imagix de Tournai et le 28 mai à l’Eldorado de Namur. D’autres dates suivront.

Nicolas Naizy

Photos: D. R.