Avec un message Facebook, un Namurois a mobilisé toutes les autorités pour rien

La police de Namur s’est rendue chez un Namurois de 35 ans afin de vérifier qu’il était toujours en vie après un message douteux laissé sur le réseau social Facebook et repéré par l’un de ses contacts vivant au Canada. L’affaire, quelque peu cocasse, a été prise au sérieux par les autorités internationales, fédérales et namuroises. Il s’est avéré que le trentenaire était toujours bien vivant et qu’il n’était pas suicidaire.

Le message indiquait en substance: « Ce n’est pas la peine de me faire des demandes pour jouer, je n’ai pas la tête à ça. J’ai juste envie d’en finir et de me tuer« . Ayant interprété ce message comme une menace de suicide, un des amis Facebook du Namurois vivant à Ottawa (Canada) a aussitôt prévenu les autorités.

Interpol a été alerté de même que le parquet fédéral et la Federal Computer Crime Unit (FCCU) de Belgique. Grâce à son adresse IP, le trentenaire a été identifié et localisé à Namur. « La police s’est rendue à son domicile et il était toujours bien en vie« , a indiqué le substitut du procureur du Roi chargé de l’affaire.

Pour lui, cette histoire a pris une ampleur disproportionnée qu’il ne s’explique pas car il s’agit d’un message relativement commun. « Il arrive souvent que des personnes fassent part de leurs états d’âme de la sorte sur Facebook. Peut-être sont-ils plus vigilants à ce genre de propos au Canada. Ce Monsieur en avait tout simplement marre des sollicitations pour jouer à des jeux…« , a-t-il commenté.