Saint-Laurent: un biopic esthétique et enivrant

138

Deux biopics bien différents sur Yves Saint-Laurent sont sortis dans nos salles l’année dernière. Le dernier en date, réalisé par Bertrand Bonello («L’Apollonide»), se concentre sur une dizaine d’années de la vie du célèbre couturier, de 1967 à 1978. Une période de grande liberté qui entraînera YSL dans une descente aux enfers, rongé par l’alcool, le sexe et la drogue. Mais le film n’est pas pour autant linéaire. Très artistique, la mise en scène nous met dans le même état d’esprit qu’YSL: l’ennui, le malaise qui grandit, puis la dépression. Gaspard Ulliel crève l’écran tant son interprétation personnelle est fascinante. «Saint-Laurent» est bien un biopic mais détourné, à la fois noir et éblouissant, qui ne se contente pas de survoler la vie du créateur mais qui entre profondément dans son univers. Le tout aidé par une BO électronique enivrante. En bonus: des interviews avec Bonello, Ulliel et Jérémie Renier.

Film: 4/5

Bonus : 3/5