«Il y a pas mal à apprendre de Smaug»

86

La version longue de Le Hobbit: La Désolation de Smaug en DVD et Blu-Ray est dans les bacs depuis le 12 novembre. À l’occasion de cette sortie, nous vous proposons une interview de Benedict Cumberbatch. L’acteur britannique a prêté sa belle voix profonde pour donner vie au puissant dragon Smaug d’une façon à la fois sublime et menaçante.

Benedict, c’est plutôt inhabituel quand on est un acteur de devoir jouer un dragon…

C’est vrai. Je me souviens que mon père me lisait Le Hobbit. Il est aussi acteur et jouait donc le rôle de Smaug pendant qu’il me faisait la lecture mais ce n’était que pour moi tout seul. Ces moments m’ont profondément marqué. Si bien que quand j’ai appris qu’on travaillait à une adaptation cinématographique du Hobbit, j’ai tout de suite su que je devais aller passer l’audition pour le rôle de Smaug. Je suis très heureux que mon audition soit parvenue jusqu’à Peter Jackson, qu’il ait entendu quelque chose dans ma voix et qu’il m’ait rencontré. À partir de ce moment, ma vie a changé. Grâce au succès de Sherlock ma vie avait déjà beaucoup changé et Peter le savait, mais j’ai eu énormément de chance avec le rôle de Smaug. Il y a tellement d’acteurs formidables, talentueux et phénoménaux qui voulaient le rôle. J’ai donc été particulièrement ravi de pouvoir interpréter Smaug.

Et quand je dis «interpréter», je veux dire que j’ai vraiment joué ce rôle. Je n’ai pas seulement fourni la voix, j’ai aussi représenté Smaug physiquement pour la capture de mouvement. J’ai été véritablement stupéfait après le montage digital, le résultat final dépassait mes attentes les plus folles. C’était très sympa de se glisser dans la peau du dragon. Les mouvements contribuent aussi à la qualité du travail de la voix. C’était formidable à faire. Je peux maintenant me voir en dragon au cinéma. C’est un pur plaisir!

Vous disiez que votre père vous lisait Le Hobbit. Pourquoi, d’après vous, cette œuvre est-elle un classique intemporel?

Bonne question. Je pense que Le Hobbit est intemporel parce qu’il regorge de métaphores et de paraboles et qu’il a été écrit pendant une période difficile, celle de l’entre-deux-guerres, au début du XXe siècle. Tolkien a écrit à cette époque un récit auquel beaucoup de gens pouvaient s’assimiler. Ils se sentaient impliqués dans l’histoire parce qu’ils suivaient la quête de Bilbo Bessac, qui évolue d’épicurien bienheureux à témoin involontaire et acteur malgré lui qui devient par hasard le héros. C’est une histoire magnifique d’une personne tout ce qu’il y a de plus normale qui accomplit des choses extraordinaires dans un monde dangereux. Il devient de plus en plus courageux, ce qui fait de l’histoire une source d’inspiration.

Même Smaug avec sa grande cupidité, sa vanité destructrice et son ego, est reconnaissable. Songez à la crise financière, à la façon dont nous nous servons de l’argent et dont les pauvres sont traités. Ce sont des exemples d’abus de pouvoir. Il y a pas mal de choses à apprendre de Smaug, je l’espère en tout cas.

Faisons-nous trop souvent l’erreur de prendre Smaug pour un simple dragon au lieu de le considérer comme un personnage particulièrement complexe?

C’est un personnage compliqué doté de toutes sortes de traits humains. C’est la raison pour laquelle il faut qu’un acteur l’incarne, au lieu d’une voix créée par un ordinateur. Vous avez besoin d’une petite touche d’anthropomorphisme de façon à donner à Smaug une dimension humaine. Nous pouvons ainsi amener l’histoire plus loin que celle d’un monde imaginaire, de façon à pouvoir faire le lien avec des événements qui se produisent dans le vrai monde.

Ceci dit, Smaug est une créature fantastique. Il crache du feu, il peut voler et vit sur un tas d’or sous une montagne. Il est bourré de symboles. Et la façon dont il traite Bilbo dans la toute dernière scène… Il est sage, rusé, charmant, calme et puis soudain furieux, déchaîné et vaniteux. Il oscille entre toutes ces humeurs d’une façon quasi psychopathologique. C’était amusant de devoir exprimer une telle variété. Il était important à mes yeux qu’en plus de ma voix on se serve aussi de la capture de mouvement pour ce faire. Pour moi, cela a clairement eu son utilité.

Que pouvez-vous nous dire à propos de Peter Jackson?

J’adore Peter. C’est un homme très agréable et amusant. Impossible de vous citer un défaut, il n’en a pas. C’est un gars super sympa. Vous vous sentez immédiatement à l’aise quand vous mettez le pied sur le plateau et il vous donne le temps de vous habituer. Il se montre aussi extrêmement patient avec la façon dont chacun travaille. Pour une personne qui a créé des mondes aussi étranges et y endosse tellement de responsabilités, il est encore toujours charmant et vous pouvez vraiment collaborer très étroitement avec lui. C’est une véritable source d’inspiration.

Il se promène toujours pieds nus en bermuda et pose des questions du genre: «On regarde encore une fois le script ou tu veux faire immédiatement une prise?». Si tu veux encore un peu parler, il prend alors vraiment le temps de parler avec toi. En tant que metteur en scène, il est finalement aussi un fan. Il est fan des acteurs avec lesquels il travaille, mais aussi du travail de ces acteurs. Et il aime bien entendu les livres de Tolkien. Il a une imagination incroyable et la formidable capacité de changer de casquette. À un moment, il collabore très étroitement avec les acteurs dans un environnement plein d’effets spéciaux, l’instant d’après il aide aux arrangements sonores ou il discute d’un point technique ou il négocie à propos du budget… Il évolue avec grâce entre tous ces domaines différents et il est toujours en train de travailler. Il est cool et calme, mais en même temps aussi infatigable. Impossible d’arrêter Peter!

BX_HOBBITDOS_EE_3DBD_RS_3D_1

SHARE