Au Japon, un gratte-ciel refroidit la ville

Quand les températures frôlent la canicule, on a tendance à se réfugier à l’intérieur. Puis à mettre en route le ventilateur, ou la climatisation pour les plus chanceux. Au Japon, le bâtiment Sony City Osaki, imaginé par la firme Nikken Sekkei, fait encore plus fort.

Installé à Tokyo, ce gratte-ciel dispose d’un système innovant de refroidissement. Il est recouvert d’une enveloppe de conduits remplis d’eau, appellée « BioSkin ». Ces tuyaux sont fabriqués en aluminium extrudé, lui-même entouré d’une coquille en céramique.

Lorsque la pluie tombe sur le toit du bâtiment, elle est recueillie dans un réservoir de stockage sous-terrain, où elle est filtrée et stérilisée. L’eau est ensuite pompée et circule dans les tuyaux, eux-mêmes intégrés à la structure de l’immeuble sous forme de rampes de balcon.

Comme ces conduits sont poreux, ils permettent à l’eau de s’évaporer. Ce processus absorbe la chaleur de l’atmosphère, et permet de réduire la température de la surface de l’immeuble jusqu’à 12 degrés celsius. Mais aussi de diminuer celle du micro climat qui l’entoure de 2 degrés. L’excès d’eau est ensuite évacué vers le bas du gratte-ciel pour minimiser les pertes.

Installé depuis 2011, le bâtiment a remporté le Prix 2014 de l’innovation du Conseil sur les grands immeubles et l’habitat urbain, une ONG spécialisée dans les gratte-ciels. Certains estiment que si la majorité des constructions d’une ville adoptaient BioSkin, il y aurait un impact sur le climat à l’échelle de la métropole.

Photo : The Creators project

Rédaction en ligne