Pharrell Williams fait scandale en portant une coiffe indienne

100

Ce n’est pas parce qu’on s’appelle Pharrell Williams, qu’on vend des milliers de disques et qu’on tourne des clips de 24 heures qu’on peut tout se permettre. Le chanteur l’a appris à ses dépens le 4 juin, quand a été publiée la couverture du Elle britannique de juillet.

Il y apparaît en gros plan, et porte une coiffe amérindienne traditionnelle en plumes, d’ordinaire réservée aux chefs. Et c’est là tout le problème. Les internautes, et plus particulièrement les Amérindiens, n’ont pas du tout apprécié de voir un symbole de leur culture détourné en accessoire de mode.

En signe de protestation, ils ont lancé sur Twitter le hashtag #nothappy, qui fait référence à la chanson #happy de Pharrell Williams.

« Une coiffe d’indigènes américains n’est pas un chapeau. Essaye encore, Pharrell. »

« J’espère que Pharrell est heureux avec son ignorance, parce que les indigènes ne sont pas heureux de voir qu’on manque de respect à ceux qui ont mérité leurs plumes. »

« Je suis profondément déçue de voir Pharrell porter un couvre-chef de guerre sur la couverture d’Elle magazine. »

« Oh non, Pharrell a sauté dans le train de l’appropriation culturelle. J’attends de le voir avec un sweat navajo de chez Urban Outfitters. »

« Les coiffes sont pour les indigènes américains et elles ne sont pas destinées à être portées pour glousser bêtement, n’ont pas mérité d’être gâchées pour la mode. »

D’après le Washington Post, ce serait l’équipe d’Elle qui aurait persuadé le chanteur de troquer son célèbre chapeau contre la coiffe en plume. La page Facebook du magazine a elle aussi été inondée de commentaires négatifs pour dénoncer un manque de respect à la culture amérindienne.

Pharrell s’est finalement excusé mercredi matin via un communiqué. Il a déclaré : « Je respecte et honore tous les types de race, d’origine et de culture. Je suis sincèrement désolé. »

Pharrell-cover