Le mariage ? C’est bon pour le coeur !

Si votre compagnon avait encore des réticences à sauter le pas voilà de quoi lui faire changer d’avis. Selon une étude américaine, le mariage serait bénéfique pour le coeur. Les personnes mariées auraient donc moins de risques de maladies cardiovasculaires que les autres (célibataires, veufs et divorcés). Pour arriver à une telle conclusion la recherche a été réalisée à partir des dossiers médicaux de plus de 3.5 millions de personnes âgées de 21 à 102 ans sur l’ensemble des Etats-Unis. Les données ont ainsi été collectées sur des personnes ayant participé à un programme pour le dépistage des maladies cardiovasculaires et ce dans plus de 20 000 sites entre 2003 et 2008. Les résultats ont quant à eux été dévoilés lors de la conférence annuelle de l’American College of cardiology (ACC) réunie à Washington.

Mais attention il ne s’agit pas de confondre les intentions de l’étude explique l’auteur de ces travaux, le Dr Carlos Alviar de la faculté de médecine Langone de l’Université de New York: « Les résultats de l’étude ne devraient certainement pas inciter quiconque à se marier de façon précipitée » tout en rajoutant qu' » il est néanmoins important de savoir si les gens vivent seul ou en couple car cela peut avoir des conséquences importantes pour leur santé vasculaire ».

Bien que de précédentes petits études étaient déjà arrivées à ces conclusions, celle-ci a permis d’établir plus particulièrement les risques pour quatre maladies vasculaires (maladies artérielles périphériques, cérébrovasculaires, de l’artère coronaire et l’anévrisme de l’aorte abdominale) par rapport à la situation personnelle du patient. Par exemple, les personnes mariées avait 5% de risque en moins de souffrir de maladies cardiovasculaires que les célibataires. En ce qui concernant les risques d’anévrisme de l’aorte abdominale, de maladies cérébrovasculaires ou de maladies des artères dans les jambes, les statistiques étaient de moins 8%, 9% et 19% respectivement. Moins de risque de maladie coronaire également par rapport aux veuves ou divorcées qui eux étaient également plus propices aux pathologies vasculaires.

Des chiffres qui expliquent que le divorce pourrait amener à plus de probabilités de souffrir de toutes les maladies vasculaires. Pour les personnes mariées ce sont les jeunes qui s’en tirent le mieux, explique le Dr Alviar. Ce sont par exemple 12% de risque de maladies vasculaires en moins pour les personnes mariées de moins de 50 ans mais seulement 7% pour celles de 51 à 60 ans et 4% pour les personnes de plus de 61 ans.