Etats-Unis: un anneau vaginal pour se protéger du VIH ?

Y aura-t-il dans le futur une alternative au préservatif pour se protéger d’une éventuelle contamination du sida ? C’est du moins ce qu’espèrent des chercheurs Américains qui vont prochainement débuter des essais cliniques afin de réaliser un anneau vaginal contraceptif. Présenté dans la revue scientifique Plos One, celui-ci devrait permettre de protéger contre le VIH mais également de lutter contre l’herpès tout en libérant pendant 90 jour un antirétroviral. Il diffusera également du lévonorgestrel et du ténofovir, des médicaments actuellement utilisés afin d’éviter de tomber enceinte et contre la propagation du sida.

« Si vous avez un système qui agit pendant longtemps sans que les gens aient besoin d’y penser chaque fois qu’ils font l’amour parce qu’il est déjà en place, il y a des chances pour que ce soit vraiment une bonne chose », explique Rowena Johnston, vice-présidente de l’amfAR, la fondation américaine contre le sida. Un système qui permettrait donc de considérer autrement la prise des médicaments et sous une forme différente que les habituels gels ou pillules qui sont quelques fois oubliés par les patients. « De tels produits ne fonctionnent que si on les utilise », pointe l’un des co-auteurs de l’étude, DavidFriend. « Notre espoir, c’est que cet anneau (…) offre une meilleure protection contre le VIH tout en empêchant de tomber enceinte ».