Roger Federer est de nouveau le roi de la balle jaune

AFP / F. Brown

Après l’Open d’Australie, Indian Wells! Revigoré par une pause forcée de six mois en 2016, Roger Federer a remporté les deux premiers rendez-vous importants de l’année et semble de nouveau inarrêtable.

A 35 ans, Federer s’amuse comme un gamin: il s’est joué de tous ses adversaires en deux sets souvent étincelants, comme en finale contre Stan Wawrinka (6-4, 7-5), et il s’est ensuite moqué, gentiment, de l’émotion de son compatriote et ami lors de la cérémonie protocolaire.

« J’ai perdu plusieurs matchs importants contre toi, mais quand tu es arrivé en finale de l’Open d’Australie, j’étais ton supporteur n°1, félicitations pour ton retour à ce niveau« , lui a lancé Wawrinka, ému et épuisé.

« C’est un conte de fées que je vis depuis mon retour sur les courts« , lui a répondu, tout sourire, l’ancien n°1 mondial qui compte désormais 90 titres à son palmarès.

« Je ne suis pas aussi surpris qu’en Australie, mais cela reste une grosse, grosse surprise. Je suis fou de joie, car l’an dernier, je n’ai pas gagné un seul titre et l’évolution par rapport à 2016 est énorme« , a-t-il noté.

Cinq titres à l’Indian Wells

Grâce à ce cinquième titre à Indian Wells, le premier depuis 2012, Federer a égalé le record de son grand rival Novak Djokovic, qui était jusqu’à dimanche soir le seul quintuple vainqueur du premier Masters 1000 de l’année.

Plus important encore pour la suite de la saison, Federer va passer de la 10e à la 6e place au classement ATP et a lancé un avertissement à tous ses rivaux, s’ils pensaient que son 18e titre en Grand Chelem à Melbourne en janvier était une anomalie.

Le « roi Roger » est bien de retour, comme ont pu le constater Rafael Nadal, balayé 6-3, 6-2 en 8e de finale, et Wawrinka.

Le grand jeu

En finale, Federer a sorti le grand jeu d’entrée, un mélange d’agressivité et de variation de rythmes qui a usé le n°3 mondial. Il a surtout démontré une nouvelle fois sa capacité à bien négocier les points importants: ainsi, après les neuf premiers jeux où chacun a remporté son engagement avec autorité, Federer a concrétisé sa première balle de break et s’est offert le set.

Mené une manche à zéro, Wawrinka n’a pas accusé le coup trop longtemps et a aussitôt bousculé Federer pour lui prendre son service, une première depuis le début du tournoi.
Mais son avantage a été de courte durée: Federer a rapidement ‘debreaké’ avec des retours-canon qui n’ont laissé aucune chance à Wawrinka.

Revenu à égalité (2-2), Federer a attendu patiemment la première occasion qui s’est présentée durant le douzième jeu: un revers dans le filet de son adversaire lui a offert une première balle de match qu’il n’a pas gaspillée en montant au filet.

Pour la vingtième fois en 23 confrontations, et pour la deuxième fois de l’année après leur demi-finale de l’Open d’Australie, Federer est ainsi sorti vainqueur d’un duel avec Wawrinka qui ne l’a toujours pas battu sur une surface autre que la terre battue.

Sur sa lancée

« J’espère que mon corps va me permettre de jouer encore longtemps à ce niveau« , a indiqué Federer, qui est devenu le doyen des vainqueurs d’un Masters 1000, succédant à Andre Agassi qui avait 34 ans lorsqu’il s’était imposé à Cincinnati en 2004.

Federer peut enfoncer le clou dès la semaine prochaine lors du Masters 1000 de Miami que ne disputeront pas ses grands rivaux Andy Murray et Djokovic, blessés.

Le tournoi floridien n’est pas son favori: il n’y compte « que » deux victoires (2005, 2006), et avait chuté en quarts de finale lors de sa dernière apparition en 2014. Mais tout semble possible pour ce Federer rajeuni. « Mes objectifs vont devoir changer après ce début de saison rêvé« , a-t-il admis.

 

SHARE