Survol de Bruxelles : la réunion au cabinet Bellot n’a pas permis de trouver un accord

Une réunion organisée vendredi après-midi au cabinet du ministre de la Mobilité François Bellot n’a pas permis de dégager un accord entre Régions sur le survol de Bruxelles. « La rencontre s’est passée dans un climat serein. Les uns et les autres se sont écoutés. Malheureusement, il n’a pas été possible de dégager un accord », a indiqué le ministre dans un communiqué.

La réunion visait à trouver un terrain d’entente avant la réunion du comité de concertation en Régions et Etat fédéral prévu le 20 février prochain.

Celle-ci porte sur les pénalités que la Région bruxelloise souhaite appliquer pour faire respecter les normes de bruit dans le ciel bruxellois et réduire les nuisances sonores générées par l’aéroport national.

La Région bruxelloise a annoncé jeudi être prête à abandonner ses pénalités à trois conditions, notamment l’abandon de la route de survol au-dessus du canal et un respect strict des normes de vent concernant l’utilisation des pistes.

« Il a été rappelé (au cours de la réunion de vendredi, ndlr) que des changements de routes et d’utilisation des pistes impose une réévaluation du système préférentiel de choix de pistes et une consultation de population selon le règlement européen entré en application le 13 juin 2016 », poursuit le communiqué du ministre Bellot.

Vendredi, le ministre-président flamand Geert Bourgeois a rejeté la proposition bruxelloise, laquelle reviendrait à augmenter le survol du territoire flamand, a-t-il justifié.

Source: Belga

SHARE