Le patron de Google répond à la lettre touchante d’une petite fille de 7 ans

Chloe Bridgewater est une fillette britannique qui ne manque pas d’ambition. Alors les enfants de son âge ont plutôt l’habitude d’écrire au Père Noël, Chloe a pris la plume pour écrire à Sundar Pichai, le patron de Google, l’une des entreprises les plus puissantes au monde.

« Cher patron de Google »

Dans sa lettre, elle écrit : « Cher patron de Google, Mon nom est Chloe et quand je serai grande, j’aimerais travailler pour Google. Je veux aussi travailler dans une usine de chocolat et nager aux Jeux olympiques. (…) J’aime les ordinateurs et j’ai une tablette sur laquelle je joue à des jeux. Mon papa m’a donné un jeu où je dois déplacer un robot ver le haut et vers le bas. Il dit que c’est bien pour moi apprendre comment fonctionnent les ordinateurs. »

Pour convaincre le grand patron de Google, la petite fille écrit une lettre de candidature à sa façon. « J’ai 7 ans et mes professeurs disent à maman et papa que je suis très bonne en classe. (…) Mon papa me dit que si je continue à bien apprendre, alors un jour je serais capable de décrocher un job chez Google. »

Comme de nombreuses candidatures dans le monde du travail, cette lettre aurait pu rester sans réponse, mais Sundar Pichai en a décidé autrement. Le patron de Google en personne lui a répondu dans un courrier de quelques lignes.

La réponse du patron de Google

« Chère Chloe, Merci beaucoup pour ta lettre. Je suis content d’apprendre que tu aimes les ordinateurs et les robots, et j’espère que tu continueras à apprendre les nouvelles technologies. Je pense que si tu continues à travailler dur et à suivre tes rêves, tu peux accomplir tout ce que tu as en tête, de travailler chez Google à participer aux Jeux Olympiques. J’ai hâte de recevoir ta candidature quand tu en auras fini avec l’école! 🙂 », lui a répondu le patron.

Voilà un message d’espoir et un courrier qui montre à la fillette que tout est possible dans la vie, y compris que l’un des hommes les plus puissants du monde prennent le temps de lui répondre.

SHARE