Ils travaillent loin de chez eux

14

Charles Verwaal (gauche)

49 ans, Directeur d’hôtel chez Holland America Line

Que faites-vous exactement ?
Avec plus de 700 employés de l’hôtel, nous offrons une expérience de voyage unique à 2.300 personnes. En collaboration avec le département achats de l’hôtel, du papier toilette au caviar, nous veillons à ce que tout soit commandé et acheminé à bord à temps.

En quoi votre travail est-il agréable ?
J’apprécie la complexité de la gestion d’un hôtel de taille moyenne et d’un centre de loisirs et ce au sein d’une équipe internationale. Offrir le service parfait est un art.

Pourquoi avez-vous opté pour cet emploi ?
Pour moi, ce n’est pas un emploi mais un hobby. J’ai la chance que mon lieu de travail varie chaque jour selon le port où nous accostons. Un travail offrant autant de variété et de responsabilités est difficile à trouver.

Qu’est-ce qui vous manque le plus ?
Ma famille, bien sûr, ainsi que ma ferme. Bruges et surtout l’atmosphère qui règne dans la ville, le chocolat et le football.


Kevin Beirnaert (droite)

36 ans, Capitaine chez Holland America Line

Que faites-vous exactement ?
Je supervise toutes les opérations maritimes. Je suis responsable de la sécurité, de la formation et de la discipline des 1.036 membres d’équipage du ms Koningsdam.

En quoi votre travail est-il agréable ?
Faire entrer et sortir d’un port un navire de plusieurs milliers de tonnes représente un sacré défi. De plus, chaque jour est différent, offre de nouveaux challenges et permet de rencontrer de nouvelles personnes.

Pourquoi avez-vous opté pour cet emploi ?
Je voulais découvrir le monde et un emploi de neuf à cinq n’était clairement pas fait pour moi. Mon père travaillait aussi sur l’eau et m’emmenait souvent avec lui durant le week-end ; c’est ainsi que j’ai attrapé le virus.

Qu’est-ce qui vous manque le plus ?
Ma compagne et ma famille. Quand on est loin de chez soi pendant six mois, on rate des moments importants comme les anniversaires et les fêtes. Même à l’aide des moyens de communication modernes, cela reste difficile.

SHARE